•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La malnutrition coûte 2 milliards par année au Canada

Transport d'un lit dans un hôpital

Transport d'un lit dans un hôpital

Photo : Radio-Canada (Archives)

Radio-Canada

La malnutrition touche 45 % des patients admis dans les hôpitaux canadiens et coûte près de 2 milliards de dollars par an au pays. C'est ce que révèle le Groupe de travail canadien sur la malnutrition.

Un texte de Margaud CastadèreTwitterCourriel

Selon ce groupe de travail pancanadien, un patient qui souffre de malnutrition coûte 2000 $ de plus qu'un patient bien nourri.

« Les soins prodigués aux patients mal nourris coûtent plus cher, les séjours hospitaliers pour ces patients sont plus longs, et les patients mal nourris courent un risque plus élevé de réadmission », explique Manon Laporte, diététicienne à l'hôpital de Campbellton et chercheuse.

Le Nouveau-Brunswick dans la moyenne canadienne

L'étude du Groupe de travail canadien sur la malnutrition a été réalisée auprès de 1022 patients, dans 18 hôpitaux partout au pays.

Au Nouveau-Brunswick, l'étude a été menée dans les hôpitaux de Campbellton et Dr-Georges-L.-Dumont, à Moncton.

Les données de la province sont similaires à celles de l'ensemble du pays, à savoir que 45 % des personnes qui entrent à l'hôpital souffrent de malnutrition.

Qu'est-ce que la malnutrition?

« Il ne s'agit pas d'obésité, mais d'un apport alimentaire insuffisant et inadéquat. Du fait que les personnes ne s'alimentent pas assez, ou mal, cela a des retombées corporelles et des conséquences sur les capacités fonctionnelles des individus », explique Manon Laporte.

Ce problème s'accroît dans un contexte de maladie.

Des solutions

Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition mène jusqu'à vendredi une semaine de sensibilisation par rapport au problème.

La chercheuse et diététicienne, qui a participé à cette étude, croit que le dépistage des patients à l'admission, l'assistance aux repas, l'adaptation des soins ou du régime alimentaire sont des pistes de solution au problème. Le suivi dans la population est aussi nécessaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Santé publique