•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il termine sa course un an après avoir subi un arrêt cardiaque à la ligne d'arrivée

Stéphane Demers (à gauche), a participé au marathon de Montréal, un an après avoir frôlé la mort à 50 mètres de la ligne d'arrivée
Stéphane Demers (à gauche), a participé au marathon de Montréal, un an après avoir frôlé la mort à 50 mètres de la ligne d'arrivée. Il est accompagné du Dr François de Champlain. Photo: Contribution: Joel Neves Briard
Radio-Canada

Un homme de Moncton a attaché ses lacets et a pris part au marathon de Montréal, dimanche, un an après avoir frôlé la mort à quelques mètres de la ligne d'arrivée de ce même marathon.

Le Néo-Brunswickois Stéphane Demers, 46 ans, a couru 5 km au marathon de Montréal, dimanche. L'année dernière, alors qu'il s'apprêtait à terminer son premier demi-marathon, il s'est effondré à 50 m du fil d'arrivée.

Il a été victime d'un arrêt cardio-respiratoire et c'est grâce à l'intervention rapide de l'équipe médicale sur place qu'il est toujours vivant. Le coureur, qui n'avait jamais eu de problèmes cardiaques auparavant, a également subi un quintuple pontage au coeur, quelques semaines après le marathon l'an dernier.

À la suite d'une longue période de réhabilitation et grâce à l'appui d'équipes médicales dans des programmes de réadaptation, Stéphane Demers a pu recommencer à courir.

Le marathonien Stéphane DemersLe marathonien Stéphane Demers Photo : Contribution: Joel Neves Briard

« Je commençais déjà à y penser l'année dernière, même quand j'étais à l'hôpital, je me disais que je devais revenir. Il me semblait que j'avais besoin de faire ça pour m'aider à comprendre ce qui s'était passé et mettre les choses ensemble » explique Stéphane Demers, en entrevue à l'émission Le Réveil Nouveau-Brunswick, lundi.

Le directeur de l'équipe médicale du marathon de Montréal, le Dr François de Champlain, a d'ailleurs tenu à faire la course à ses côtés. « C'était chargé d'émotion. Je représentais un peu toute l'équipe médicale qui a fait un travail exemplaire pour en arriver à une histoire qui se termine tout à fait bien », dit le médecin.

Stéphane Demers a d'ailleurs eu l'occasion de rencontrer l'équipe médicale qui l'a secourue. Ils étaient à la ligne d'arrivée pour l'accueillir. « C'était tellement touchant. Ça fait partie de toute la conclusion de la dernière année. Avoir la chance de rencontrer les gens qui vous ont sauvé et leur dire merci, c'est exceptionnel. »

Et il ne compte par arrêter de courir de sitôt. « L'activité physique fait partie de ma vie. C'est une façon de libérer mon stress. Je vois encore la course comme quelque chose de positif. C'est quelque chose qui fait encore partie de ma vie », dit-il.

Selon François de Champlain, il est très rare qu'un accident du genre survienne lors d'un marathon. « Il faut rassurer les gens. Faire de l'exercice régulièrement comme la course à pied, c'est bon pour la santé cardio-vasculaire, ça diminue de moitié la mortalité de toutes les causes cardio-vasculaires », explique-t-il.

Environ 35 000 personnes ont participé au marathon de Montréal, dimanche.

Acadie

Sports