•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des traitements à base de cellules souches populaires et controversés

Une cellule souche embryonnaire
Une cellule souche embryonnaire. À ce stade, elle peut se développer pour devenir n'importe quel type de cellules du corps. Photo: Université du Wisconsin

Aux États-Unis, les autorités sont préoccupées par la prolifération des cliniques qui offrent des traitements à base de cellules souches. Leur efficacité est encore loin d'être prouvée.

Un texte de Marie-France BélangerTwitterCourriel, aux Années lumière

La Food and Drug Administration (FDA), l'agence fédérale qui réglemente les cellules souches aux États-Unis, a d'ailleurs tenu des audiences sur le sujet plus tôt ce mois-ci afin de revoir les règles en vigueur. Alors que certains redoutent un durcissement des règles qui restreindrait la liberté des patients, d'autres, au contraire, estiment qu'il faut serrer la vis aux cliniques-voyous qui bernent des malades.

Leigh Turner, professeur au Centre de bioéthique et de santé publique de l'Université du Minnesota, est préoccupé par la multiplication des établissements qui offrent des traitements à base de cellules souches aux États-Unis. Avec l'un de ses collègues, il vient de publier dans la revue Cell Stem Cell (Nouvelle fenêtre) une étude qui dénombre, en sol américain, pas moins de 571 cliniques exploitées par 351 entreprises qui s'affichent ouvertement sur Internet.

C'est très inquiétant. En Floride, deux patients sont morts à la suite de traitements à base de cellules souches. Il peut aussi y avoir de graves complications, comme la cécité.

Leigh Turner, professeur

Qu'est-ce qu'une cellule souche?

Une cellule souche est une cellule qui n'est pas encore spécialisée et qui peut donc se transformer en cellule sanguine, cardiaque, musculaire ou neuronale, par exemple. Les cellules souches sont au coeur d'un nouveau type de médecine qui consiste à utiliser leurs propriétés pour réparer des tissus ou des organes endommagés à la suite d'une maladie ou d'une blessure.

Les cellules souches se trouvent principalement dans la moelle osseuse et, en petite quantité, dans la circulation sanguine. Le sang de cordon ombilical des nouveau-nés est également une source de cellules souches. Les cellules souches, quoique très prometteuses, n'ont donné lieu qu'à un nombre limité de traitements dont l'efficacité a été prouvée scientifiquement.

Dans leur étude, Leigh Turner et son collègue rapportent que ces quelque 600 établissements offrent toute une panoplie de traitements, dont les prix peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Les cliniques ratissent large et prétendent pouvoir traiter, grâce aux cellules souches, une foule de conditions qui vont de simples blessures de sport à la maladie d'Alzheimer en passant par le diabète et même... l'autisme. Or, pour l'instant, les traitements reconnus à base de cellules souches sont peu nombreux.

Denis-Claude Roy, médecin, chercheur et directeur scientifique du Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-RosemontDenis-Claude Roy, médecin, chercheur et directeur scientifique du Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont Photo : Radio-Canada/Marie-France Bélanger

Le Dr Denis-Claude Roy, directeur scientifique du Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, qui compte le plus grand centre de thérapie cellulaire au Canada, est formel : « Les cellules souches, c'est pas une panacée. »

En fait, précise-t-il, les cellules souches se sont révélées efficaces dans le traitement de leucémies, de cancers des ganglions et des os. Pour le reste, de nombreuses études sont en cours.

La situation au Canada

En cherchant sur le web, il est possible de trouver dans plusieurs grandes villes canadiennes des cliniques qui offrent des traitements à base de cellules souches. Mais pour l'instant, la situation semble bien loin de celle observée aux États-Unis.

La réglementation canadienne

La vente et la distribution de thérapies à base de cellules souches sans l'autorisation de Santé Canada sont illégales au pays. De son côté, le ministère de la Santé du Québec mentionne que les professionnels sont soumis à l'encadrement du Code des professions et aux lois propres à leur discipline. Un médecin qui proposerait un traitement n'ayant pas encore été approuvé - sauf dans le cadre d'un protocole de recherche - s'exposerait à des sanctions du Collège des médecins.

Le Dr Denis-Claude Roy recommande la prudence aux patients qui songent à se rendre aux États-Unis pour y subir des traitements expérimentaux à base de cellules souches. Il suggère aux malades de s'assurer du sérieux de l'organisme et de la démarche, qui doit s'inscrire dans le cadre d'un protocole de recherche bien étoffé.

Science