•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection américaine : à la conquête des millénaires

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Avec la campagne électorale qui bat son plein, les jeunes Américains sont courtisés de toutes parts. Pour qui vont-ils voter? Quelles valeurs portent-ils? À quoi rêvent-ils? Nous sommes allés en rencontrer.

Un texte de Danny BraünTwitterCourriel à Désautels le dimanche

Ils sont bien nombreux à tenter de saisir qui sont les millénaires, ces jeunes de moins de 35 ans, membres des générations Y ou Z. Bien des choses ont été dites : ils sont ouverts sur le monde, branchés technologie, tolérants, différents, idéalistes, mais aussi égoïstes, cyniques et peu patriotiques.

Des clichés? Un point confond les analystes et tous ceux qui tentent de les mettre dans une boîte : cette génération résiste aux étiquettes. Il y a autant de différences entre ces jeunes qu'il y a d'origines, de cultures et de classes sociales.

S'il y a une constante, c'est que la plupart des pays occidentaux ont vu ces dernières années leur courbe démographique grimper en faveur de la génération du millénaire, alors qu'elle descend inexorablement chez les baby-boomers. En 2016, aux États-Unis, pour la première fois de l'histoire le nombre des moins de 35 ans vient de dépasser les baby-boomers.


JOELLA ET LE CHANT DES SIRÈNES DÉMOCRATE

Joella Jones, une démocrate de Manhattan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joella Jones, une démocrate de Manhattan.

Photo : Joella Jones

Pendant les primaires américaines, on a vu une partie de ces jeunes derrière le candidat démocrate défait Bernie Sanders. Étrangement, ces jeunes que les sondeurs et les médias n'arrivent pas à saisir ont été inspirés par un vieux sénateur du Vermont.

Malgré tout, Joella Jones, 28 ans, qui habite Manhattan, avait de la difficulté à croire au chant des sirènes et surtout aux promesses de gratuité scolaire. Elle-même se retrouve avec une dette de 200 000 $ après des études à l'Université Colombia, à New York.

Bernie Sanders a promis d'effacer la dette de tous les étudiants américains! Comment va-t-il faire ça?

Joella Jones

Pourtant, Joella partage les valeurs de justice sociale des démocrates. Son rêve? Des règles plus sévères pour protéger l'environnement... et avoir une grande famille.


NICOLE ET SON VENT DE FRAÎCHEUR NOMMÉ SANDERS

Nicole Pepin et Luis Rodriguez, un couple « newyoricain ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nicole Pepin et Luis Rodriguez, un couple « newyoricain ».

Photo : Radio-Canada/Danny Braün

Dans une banlieue de New York, Nicole Pepin a vécu sa vingtaine en élevant seule sa fille. Cette mère de famille monoparentale n'est pas un cas isolé dans le quartier Glendale de Queens, où réside la communauté « newyoricaine », ces Américains d'origine portoricaine.

Beaucoup de familles vivent tout près du seuil de pauvreté, surtout dans une ville comme New York, où le coût de la vie est excessivement élevé. Nicole était derrière le sénateur du Vermont.

Il a apporté un vent de fraîcheur, de renouveau, contrairement à Hillary Clinton. Trump? C'est la risée des États-Unis et du monde entier qui nous regarde comme si nous étions une grosse farce, une grosse émission de télé-réalité.

Nicole Pepin

Nicole, qui a 35 ans, rêve d'acheter sa première maison et de vivre avec son conjoint, Luis, un chauffeur de taxi, père de trois enfants.


TIMOTHY À LA DÉFENSE DE TRUMP

Timothy Rosen, conservateur et professeur de droit.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Timothy Rosen, conservateur et professeur de droit.

Photo : Radio-Canada/Danny Braün

Au pied de la tour Trump à Manhattan, siège de l'empire de l'homme d'affaires milliardaire devenu politicien, des manifestants crient leur opposition au candidat républicain. Un petit groupe anachronique venu s'opposer aux manifestants est pris à partie par la foule.

« Vous avez vu, on nous a craché dessus », dit Timothy Rosen, 32 ans. Le message provocateur de son groupe est sans équivoque : « Nous devons construire un mur avec le Mexique afin de stopper les illégaux et les terroristes. Il y a sur notre territoire le groupe armé État islamique ou des terroristes qui veulent s'infiltrer, et Dieu sait quoi d'autre ».

La provocation aurait tourné à l'affrontement, n'eût été les barrières de sécurité et les policiers qui ont invité Timothy et son groupe à s'éloigner de la foule.

Ma famille est traditionnellement démocrate, comme à l'époque de Kennedy, mais aujourd'hui, le parti est tellement à gauche que je ne m'identifie plus à eux. Je suis devenu plus républicain, plus conservateur en vieillissant après les années de collège.

Timothy Rosen
La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

LAURA, RÉPUBLICAINE, MAIS PAS À N'IMPORTE QUEL PRIX

Laura Hutson, une jeune républicaine de Virginie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Laura Hutson, une jeune républicaine de Virginie.

C'est surtout dans le sud des États-Unis que le conservatisme a des racines bien implantées.

À Richmond, en Virginie, Laura Hutson, 28 ans, a grandi au sein d'une famille très conservatrice, entre l'église, le collège et l'université, où elle a fait des études en sciences politiques.

Elle fait la tournée des collèges et des universités afin de sensibiliser les jeunes de sa génération à la trop grande taille de l'État et à la trop grande place du gouvernement dans leur vie, un des dogmes de la droite américaine.

Je ne porte pas d'arme sur moi, mais je crois aux libertés individuelles. Je suis particulièrement conservatrice sur le plan fiscal. Je crois que le gouvernement doit avoir un budget équilibré et arrêter de dépenser.

Laura Hutson

L'organisme Turning Point USA s'active à recruter les jeunes leaders de demain, ceux issus de la génération du millénaire. En période électorale, les politiciens tentent tout pour aller chercher le vote des jeunes.

« Les gens sont frustrés et en colère, ils regardent les informations, mais ils devraient s'informer un peu mieux et ne pas écouter n'importe qui », dit Laura, une pointe lancée à Donald Trump. Laura est républicaine, mais pas à n'importe quel prix.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !