•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élus et gens d'affaires de l'Î.-P.-É. demandent un nouveau traversier

Réunion

Des camionneurs et des commerçants de l'est de l'Île-du-Prince-Édouard expriment des frustrations et des inquiétudes face au service de traversier de Northumberland Ferries.

Photo : Radio-Canada/François Pierre Dufault

Radio-Canada

Des élus et des gens d'affaires de l'Île-du-Prince-Édouard exigent du gouvernement fédéral un plan de remplacement du traversier Holiday Island. Ils doutent que les réparations apportées au navire depuis le début de l'été soient suffisantes pour assurer la fiabilité du service sur le long terme.

Un texte de François Pierre DufaultTwitterCourriel

Le Holiday Island, un navire âgé de 44 ans, demeure en cale sèche depuis le mois de juin. On ignore l'étendue des répérations nécessaires et le moment de sa remise en service.

Un seul traversier, le Confederation, assure présentement la liaison entre Wood Islands, à l'Île-du-Prince-Édouard, et Caribou, en Nouvelle-Écosse.

Les gens sont très préoccupés par l'impact économique [des problèmes] du traversier. Ils veulent un plan.

Darlene Compton, députée progressiste-conservatrice de Belfast-Murray River

Gary Herring, le président du conseil communautaire de Murray River, estime que le Holiday Island a fait son temps. L'élu doute que le navire puisse assurer un service fiable, même une fois réparé. Il veut qu'Ottawa investisse rapidement dans un nouveau traversier.

Frustrations et inquiétudes

Des camionneurs et des commerçants de l'est de l'Île-du-Prince-Édouard ont exprimé des frustrations et des inquiétudes par rapport au service de traversier de Northumberland Ferries, jeudi soir, lors d'une rencontre spéciale d'un comité parlementaire de la province, à Wood Islands.

« Un voyage qui prend habituellement de 6 h à 8 h prend maintenant de 12 h à 20 h », a raconté le camionneur Franky Jackson, qui transporte du bois de l'Île-du-Prince-Édouard vers la Nouvelle-Écosse. « Ce n'est pas rentable pour nous de faire le détour par le pont de la Confédération. Et nous ne pouvons pas augmenter nos prix. Plus personne ne voudra acheter notre marchandise. »

Si dans son ensemble, l'Île-du-Prince-Édouard a connu un été « record » au chapitre du tourisme, selon des données du gouvernement provincial, la situation est tout autre dans l'est de la province.

« Pire saison »

Le tourisme dans la région des pointes de l'Est a connu sa « pire saison » à cause des problèmes du Holiday Island, a déclaré la femme d'affaires Martina MacDonald. « Les longues files et les longues heures d'attente [pour le traversier] laisseront aux visiteurs une mauvaise impression de notre région pour les années à venir », a-t-elle ajouté.

La commerçante Alesia Napier, propriétaire d'une boutique à Murray River, affirme que son chiffre d'affaires a fondu de 50 % cet été par rapport à l'été dernier car les touristes n'étaient pas au rendez-vous.

Le nombre de passagers de Northumberland Ferries a chuté de 22 % au mois d'août par rapport à la même période en 2015.

Le pont de la Confédération a enregistré une hausse de l'achalandage de 9,4 % et l'aéroport de Charlottetown, une hausse du nombre de voyageurs de 7,5 %.

« Je voulais que les parlementaires entendent les préoccupation des résidents et comprennent l'importance pour le gouvernement provincial de faire pression pour un meilleur service de traversier », a expliqué la députée provinciale Darlene Compton, qui a orchestré la rencontre, jeudi soir.

L'élue de Belfast-Murray River a aussi fait adopter à l'unanimité une résolution demandant au ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, d'assister à Wood Islands à une prochaine rencontre au sujet du service de traversier.

Acadie

Tourisme