•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie à Shamattawa : un grand chef s'oppose à ce qu'un jeune soit accusé

Chargement de l’image

Le magasin de Shamattawa sous les flammes

Photo : Facebook/Robert Rezhead

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un grand chef s'oppose aux accusations que veut porter la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à l'encontre d'un préadolescent qui aurait mis feu à deux édifices d'une réserve manitobaine, dont la seule épicerie de la communauté.

Vendredi, la GRC a arrêté un garçon de 12 ans en lien avec l'incendie survenu à Shamattawa, une communauté isolée située à 745 km au nord-est de Winnipeg. Cinq autres enfants auraient aussi été impliqués, mais aucune accusation ne peut être portée contre eux parce qu'ils ont moins de 12 ans.

« Il incombe aux familles et aux dirigeants communautaires de s'assurer que la GRC n'est pas en train de criminaliser nos jeunes », a lancé Derek Nepinak, grand chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba.

Il souhaite que les gouvernements provincial et fédéral investissent dans un programme de prévention des incendies ainsi que dans des ateliers de sécurité par rapport aux incendies pour la jeunesse des Premières Nations.

« Dans ce cas-ci [le feu de Shamattawa], il existe nombre de facteurs aggravants : l'absence d'infrastructures pour la jeunesse, un manque d'opportunités, un manque de solutions pour s'assurer que nos jeunes puissent s'épanouir. Il ne faut pas oublier ces facteurs-là quand on regarde les choix que font nos jeunes. »

— Une citation de  Derek Nepinak, grand chef, Assemblée des chefs du Manitoba

L'incendie a commencé jeudi après-midi durant un enterrement auquel presque tous les membres de la communauté assistaient.

Lorsque les pompiers sont arrivés sur place, les flammes avaient déjà pris possession de l'édifice qui abrite le magasin Northern Store et le bureau du conseil de bande.

Les pompiers ont essayé de sauver l'aile nord du bâtiment, en vain; la communauté ne dispose qu'un seul camion d'incendie, mais il était hors service au moment du drame.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les agents de la GRC ont tenté en vain d'éteindre l'incendie qui a ravagé la seule épicerie de Shamattawa

Photo : GRC

Le chef de la Première Nation, Jeffrey Napaokesik, a déclaré l'état d'urgence parce qu'il s'inquiète au sujet du ravitaillement en nourriture de sa communauté, qui n'est accessible que par voie aérienne.

« Si nous n'avons pas de nourriture supplémentaire d'ici demain, ce sera la panique. Et c'est déjà l'urgence maintenant. »

— Une citation de  Jeffrey Napaokesik, chef de Shamattawa

D'après Jeffrey Napaokesik, les bureaux du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada à Winnipeg lui auraient dit qu'ils allaient essayer de faire tout ce qu'ils pouvaient pour leur venir en aide.

Moyens de communication hors service

Le feu a aussi détruit les tours Internet de la communauté, privant ainsi les habitants du centre d'appel d'urgence et de la station de radio communautaire.

Le chef a donc dû communiquer les informations qu'il avait en faisant du porte-à-porte avec les 1500 résidents de la réserve.

Cet incendie survient peu après que le gouvernement fédéral eut révélé qu'il ne comptait plus les feux dans les réserves depuis 2010.

Les dons affluent

La grande chef des Premières Nations du Manitoba Keewatinowi Okimakanak (MKO), Sheila North Wilson, souligne qu'« heureusement, personne n'a été blessé ».

Toutefois, « la communauté est en état de choc et a grandement besoin d'aide en ce moment », renchérit-elle.

The North West Company, l'entreprise propriétaire de l'épicerie détruite, travaille en partenariat avec la Croix-Rouge canadienne pour remplir un avion de denrées de base qui seront ensuite acheminées vers la communauté.

« Nous allons livrer une cargaison cet après-midi avec de l'eau, du lait maternisé, des fruits et des légumes », dit le directeur du développement commercial Derek Reimer.

« L'avion peut transporter environ 5400 kilogrammes, précise-t-il. Nous espérons que ce sera suffisant pour répondre aux besoins immédiats de la communauté. »

À Winnipeg, le groupe communautaire Meet Me at the Bell Tower amasse elle aussi des denrées de base qui seront envoyées à Shamattawa.

« Nous avons besoin de nourriture et d'eau, mais surtout du lait maternisé et des couches parce qu'il y a beaucoup d'enfants dans cette communauté qui en ont besoin. »

— Une citation de  Michael Redhead Champagne, Meet Me at the Bell Tower

L'entreprise aérienne Perimeter, qui dessert plusieurs communautés isolées du Nord manitobain, accepte des dons en nourriture et en fournitures pour bébés dans les aéroports de Winnipeg et de Thompson.

Selon la Croix-Rouge canadienne, les dons en espèces ne sont pas nécessaires à ce stade-ci.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.