•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Martine Ouellet réaffirme son « amour » pour le PQ

Martine Ouellet, candidate à la direction du parti québécois et députée de Vachon

Martine Ouellet, candidate à la direction du parti québécois et députée de Vachon

Photo : Facebook

Radio-Canada

La candidate à la direction du Parti québécois (PQ), Martine Ouellet, impliquée mardi dans un imbroglio en lien avec une vidéo promotionnelle de son parti, a choisi de témoigner son attachement à la formation indépendantiste sur les réseaux sociaux.

Dans une nouvelle vidéo d'un peu moins de deux minutes, la députée de Vachon affirme aimer le Parti québécois « parti de René-Lévesque, de Jacques Parizeau, de la nation et de la liberté ».

« J'aime le Parti québécois parce que c'est le parti des travailleurs, à l'écoute du peuple. Notre parti. »

Moi, Martine Ouellet, j'ai pris le parti du pays il y a 30 ans, et je vous invite à dire haut et fort que vous aussi, vous êtes indépendantistes, vous êtes Parti québécois.

Martine Ouellet, candidate à la direction du Parti québécois

Faire taire les rumeurs

Des rumeurs voulant que Mme Ouellet abandonne le PQ pour se joindre au parti Option nationale ont abondamment circulé au cours des derniers jours.

La publication « Je suis Option nationale » sur son compte Twitter – qui a rapidement disparu de son fil – a suscité de l'inquiétude au sein du PQ.

Mme Ouellet a affirmé, lors d'une mêlée de presse, avoir découvert pendant la période des questions, au Salon bleu de l'Assemblée nationale, qu'un message l'associant à ON figurait sur son compte.

C'est du piratage, a-t-elle dit. Ce que nous avons fait tout de suite, c'est changer les mots de passe sur l'ensemble des réseaux sociaux. 

Martine Ouellet, candidate à la direction du Parti québécois

L'un de ses adversaires dans la course à la direction du PQ, Jean-François Lisée, a appuyé la thèse de Mme Ouellet.

Questionné au sujet de l'incident, le whip en chef du Parti québécois, Stéphane Bergeron, dit ne pas être en mesure de vérifier si la candidate a bel et bien été victime de piratage. Il a indiqué ne pas avoir d'autre choix que d'accepter sa parole.

« Moi, ce que je peux vous dire, c'est qu'elle m'a dit qu'elle avait été "hackée", a-t-il dit. Je ne suis pas en mesure de vérifier ce genre de chose. Je me fie à sa parole. »

Absente d'une publicité de son parti

La publication controversée sur son compte est apparue quelques jours après la diffusion d'une publicité du Parti québécois où figurent presque tous les députés, mais qui exclut la candidate à la direction du parti.

Après une introduction du chef Sylvain Gaudreault, 24 des 28 députés du parti s'y présentent à tour de rôle, avant de lancer à l'unisson le slogan « Nous sommes le Parti québécois ».

Mme Ouellet était surprise de ne pas figurer dans la vidéo, ce qu'elle attribue à un imbroglio.

« C'est dommage de voir qu'un événement comme celui de la vidéo vient occuper toute la rentrée parlementaire », a-t-elle ajouté.

Lorsqu'un journaliste lui a demandé peu après si un fossé se creusait entre le PQ, son « establishment » et elle, Mme Ouellet ne s'est pas fait prier pour livrer le fond de sa pensée.

« Je ne veux pas mêler le Parti québécois et l'establishment. Ces deux affaires sont complètement différentes. Et même les membres, à la base, sont tannés de l'influence indue et de la volonté de la mainmise de l'establishment sur le Parti québécois », a-t-elle commenté.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique