•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'activité physique s'invite dans les classes

Un des vélos stationnaires du CSPGNO.

Un des vélos stationnaires du CSPGNO.

Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'activité physique n'est plus réservée au gymnase et à la cour de récréation dans les écoles du Conseil scolaire public du Grand Nord de l'Ontario (CSPGNO). Cette année, toutes les écoles du conseil sont équipées d'appareils d'exercice dans les salles de classe.

Un texte de Frédéric ProjeanTwitterCourriel

Le CSPGNO a testé le concept des « classes actives » dans l'une de ses écoles du Grand Sudbury l'an dernier à l'école de la Découverte, à titre de projet-pilote. L'initiative a été un tel succès que le conseil a choisi d'investir 40 000 $ pour acheter davantage d'équipements.

« Les élèves peuvent se lever, pédaler, travailler, et bruler de l'énergie. C'est en même temps de leur permettre d'apprendre, mais avec leur style d'apprentissage.  »

— Une citation de  Marc Gauthier, directeur de l'éducation au Conseil scolaire public du Grand Nord de l'Ontario

Parmi les équipements, on trouve notamment des vélos stationnaires munis d'une tablette pour travailler, des appareils elliptiques portables à insérer sous les pupitres, des ballons-chaises et des tapis de yoga.

Quelques vélos dans une salle de classe.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Selon Marc Gauthier, les élèves d'aujourd'hui ne sont pas plus hyperactifs, ou n'ont pas plus de difficultés de concentration qu'auparavant. La différence dit-il, c'est que la pédagogie d'aujourd'hui reconnaît que les élèves n'apprennent pas tous de la même façon.

Il faut donc trouver le « style d'apprentissage » qui leur convient le mieux. Les classes actives sont une bonne façon d'y parvenir.

Le directeur de l'éducation du CSPGNO, Marc Gauthier.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

« Ça permet d'éviter d'avoir des problèmes de discipline en salle de classe parce qu'on leur permet de bouger. De cette façon-là, ça permet à tout le monde de pouvoir faire un meilleur apprentissage et oui, d'avoir de meilleurs résultats académiques. »

— Une citation de  Marc Gauthier

Le directeur de l'éducation du CSPGNO assure que l'investissement de base de 40 000 $ n'est qu'un début.

Ces appareils peuvent être insérés sous les pupitres.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Il croit que ces premiers appareils d'exercice en classe susciteront un tel engouement que le conseil n'aura pas d'autre choix que de continuer à acheter plus d'équipement.

« La recherche le démontre : rester assis toute la journée, c'est comme fumer, c'est comme le tabac moderne. On veut éviter que les gens restent stationnaires tout le temps. »

— Une citation de  Marc Gauthier

Le Conseil scolaire public du Grand Nord de l'Ontario compte 19 écoles, de Sudbury à Longlac.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario