•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le public sera consulté sur la taxe des logements vides à Vancouver

Une maison au large du centre-ville de Vancouver

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet de taxe additionnelle sur les propriétés laissées vides à Vancouver fera l'objet de consultations publiques en octobre, a décidé le conseil municipal mardi. 

Les résidents pourront s'exprimer à propos de cette taxe qui obligerait les propriétaires des quelque 10 800 logements vacants à déclarer si quelqu'un habite dans leur bien.

Le montant de la taxe oscillerait entre 0,5 % et 2 % de la valeur cadastrale de la maison ou de l'appartement et serait redevable chaque année. À titre d'exemple, le propriétaire d'un bien immobilier évalué à 1 million de dollars devrait payer à l'administration municipale entre 5000 $ et 20 000 $ par an, en plus de ses impôts fonciers.

La consultation publique servira également à voir si des exemptions peuvent s'appliquer dans ce dossier. Il se pourrait que des résidents passent une partie de l'année loin de Vancouver ou que leurs propriétés soient vides à cause de travaux en cours.

La majorité du conseil municipal constituée du Parti Vision Vancouver approuve la taxe, mais les trois membres du parti Non-Partisan Association (NPA) sont contre. « Est-il raisonnable ou même juste d'obliger les gens à accueillir des locataires s'ils ne sont pas prêts à le faire », se demande la conseillère municipale NPA Elizabeth Ball.

Les dates des consultations publiques seront dévoilées prochainement, dit la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !