•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus risqué d'accoucher en milieu rural au Canada

Une femme enceinte

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Les mères qui vivent en milieu rural ont plus de risques de complications potentiellement mortelles lors de l'accouchement ou peu de temps après que celles qui vivent en milieu urbain, selon une nouvelle étude publiée dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ).

Un texte de Fanny BédardTwitterCourriel

Les chercheurs ont trouvé que les femmes en milieu rural avaient deux fois plus de risques de souffrir de maladies potentiellement mortelles, comme l'éclampsie ou une rupture utérine, que leurs homologues urbaines.

Éclampsie : convulsions répétées survenant pendant les derniers mois de la grossesse, pendant l'accouchement ou après.

« Le risque deux fois plus élevé d'éclampsie est particulièrement inquiétant parce que les taux de prééclampsie étaient similaires dans les deux groupes », écrivent les auteurs. « Le manque de suivi médical approprié ou d'accès à des soins obstétriques avancés en temps opportun a pu contribuer à des taux plus élevés dans le groupe rural », font-ils valoir.

La morbidité maternelle grave à l'accouchement est rare au Canada, cependant nous avons trouvé que certaines complications sérieuses telles que l'éclampsie et l'embolie pulmonaire obstétrique étaient plus communes parmi les femmes vivant en milieu rural.

La Dre Sarka Lisonkova, hôpital BC Women's et hôpital de l'Université de la C.-B.

Méthodologie :

L'étude s'est intéressée aux 256 220 naissances à l'hôpital ou à la maison qui ont eu lieu en Colombie-Britannique entre 2005 et 2010. Près de 90 % des femmes vivaient en milieu urbain et 10 % dans des secteurs ruraux. Les chercheurs ont utilisé les codes postaux des femmes qui ont donné naissance pour déterminer si elles vivaient en milieu rural ou urbain.

Les bébés nés à la campagne avaient aussi plus de risques de naître de manière prématurée et d'avoir un indice d'Apgar (qui évalue la vitalité du nouveau-né dans les minutes suivant sa naissance) plus faible.

Les chercheurs soutiennent que peu d'études se sont concentrées sur les mères en milieu rural, bien que de nombreuses recherches se soient intéressées à la santé des nouveau-nés.

Les auteurs notent également que ces mères étaient plus susceptibles d'avoir fumé ou d'avoir consommé des drogues ou de l'alcool durant leur grossesse, elles avaient plus d'enfants et moins de visites prénatales, et elles étaient plus susceptibles de souffrir de haute tension artérielle et d'avoir un suivi prénatal effectué par une sage-femme.

Entre 2000 et 2012, des femmes vivant en milieu rural ou éloigné ont donné naissance au cinquième des bébés qui ont vu le jour au Canada à l'extérieur du Québec. Cependant, plusieurs centres de maternité de ces secteurs ont été fermés dans les dernières années et 17 % des femmes de ces milieux doivent voyager plus de deux heures afin de se rendre à un centre de santé pour donner naissance.

Dans ce contexte, l'équipe de recherche plaide pour un meilleur suivi de ces femmes pendant et après l'accouchement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Enfance