•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une campagne pour encourager les victimes d'agressions sexuelles à briser le silence

La campagne est basée sur un message simple « On vous croit ».

La campagne est basée sur un message simple « On vous croit ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs organisations d'aide aux victimes d'agressions sexuelles, 23 institutions postsecondaires de l'Alberta et les forces armées canadiennes lancent une campagne avec le mot-clic #Ibelieveyou (#onvouscroit) pour soutenir les victimes d'agression sexuelle.

Un texte de Tiphanie RoquetteTwitterCourriel

La campagne diffusée à la radio, à la télévision et dans les médias sociaux jusqu'au 17 octobre vise à éduquer le public sur les premiers mots à utiliser lorsqu'une victime tente de raconter son histoire.

« Quand les victimes entendent ce puissant message de la société, de leur famille ou de leurs amis, cela les encourage à dénoncer leurs agresseurs, » explique la directrice générale de Calgary communities against sexual abuse (CCASA) Danielle Aubry.

Entendre quelqu'un dire "je te crois" est un énorme soulagement.

Une citation de :Danielle Aubry, directrice générale, CCASA

Mme Aubry ajoute que la campagne qui en est à sa deuxième année a rencontré du succès l'année dernière. Elle note que son association a reçu plus d'appels de victimes depuis la campagne.

Un changement de société en cours

Pour la première fois, les forces armées canadiennes se sont jointes à l'initiative. « Je crois que c'est un problème de génération. J'ai déjà vu des progrès, mais je dois être honnête avec vous, la situation est loin d'être parfaite, » a expliqué le colonel Stephen Lacroix, le commandant du groupe de soutien de la 3e division canadienne. Les forces armées canadiennes ont lancé leur propre campagne sous le nom d'opération Honneur.

Les universités commencent également à changer leurs procédures pour mieux aider les victimes. L'Université Mount-Royal par exemple a lancé des consultations pour établir une politique claire de lutte contre les agressions sexuelles. Pour l'instant, les cas sont gérés par différentes procédures, dont le code de conduite des étudiants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !