•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de loi 70 : Coalition Objectif Dignité propose ses solutions au programme d'insertion à l'emploi

Aide sociale : mythes et réalités

Aide sociale : mythes et réalités

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Coalition Objectif Dignité propose de revoir le programme Objectif emploi inclus dans le projet de loi 70 sur la main d'œuvre afin de répondre aux besoins des personnes assistées sociales.

Un texte de Jean-François DeschênesTwitterCourriel

Parmi les solutions, la coalition propose que rapidement, une première rencontre se tienne entre le nouveau demandeur et un agent d'aide socioéconomique afin de présenter le programme Objectif Emploi.

Il faut aussi que le traitement des demandes d'aide de dernier recours soit accéléré.

L'organisme propose aussi que la personne qui s'engage dans ce parcours de formation et d'insertion à l'emploi reçoive une allocation de participation mensuelle de 260 $.

Le porte-parole de la Coalition Objectif Dignité, Serge Petitclerc, est d'avis que la proposition aurait de nombreux avantages. « Parce que ces personnes-là n'ont plus un sous pour qu'on leur offre des services, qu'on leur offre des formations, qu'on leur offre des mesures pour faire en sorte qu'on les aide à quitter l'aide sociale le plus rapidement possible. »

« Premièrement elle répondrait aux besoins réels des demandeurs d'aide sociale qui est de recevoir une prestation rapidement »

— Une citation de  Sylvain Petitclerc, Coalition Objectif Dignité

Projet de loi 70

Le projet de loi veut inciter les nouveaux demandeurs d'aide sociale n'ayant aucune contrainte à l'emploi à intégrer le marché du travail. Ces nouveaux demandeurs devront s'inscrire à une démarche de recherche d'emploi sous peine de voir leur chèque réduit.

Le gouvernement souligne que, chaque année, quelque 17 000 Québécois sans contrainte à l'emploi présentent une demande d'aide sociale et que dans la majorité des cas ces personnes sont âgées de moins de 29 ans.

En désaccord avec les pénalités

La Coalition objectif dignité dénonce les mesures punitives contenues dans la réforme de l'aide sociale.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Coalition objectif dignité dénonce les mesures punitives contenu dans la réforme de l'aide sociale.

M. Petitclerc souhaite convaincre Québec d'abandonner les pénalités prévues pour les nouveaux prestataires. Il est inconcevable d'amputer un chèque qui est déjà insuffisant pour vivre selon lui.

Un point de vue que partage le député de Rimouski et porte-parole de l'opposition en matière d'économie sociale, Harold Lebel qui craint les impacts de cette réforme que le gouvernement Couillard menace de faire adopter sous le bâillon.

« Quelles sortes de projets ils vont présenter? » demande le député qui dénonce aussi le refus des libéraux de préciser la nature et l'aide qui sera fournie aux plus démunis dans le cadre de ces programmes.

« Quelqu'un qui est à l'aide sociale et qui vit à Saint-Narcisse ou à Esprit-Saint, est-ce qu'il y aura un projet dans sa communauté ou il faut qu'il aille s'installer à Rivière-du-Loup ou à Montmagny ou je ne sais pas trop où, pour avoir accès à son projet de réinsertion? Ça le ministre n'est pas clair là-dessus ! »

— Une citation de  Harold Lebel, porte-parole de l'opposition en matière d'économie sociale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec