•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta veut réduire l'itinérance des anciens prisonniers

Des gens dînent dans la salle à manger de Hope Mission, qui accueille des itinérants à Edmonton.

Des gens dînent dans la salle à manger de Hope Mission, qui accueille des itinérants à Edmonton.

Photo : David Bates/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La province lance un programme pour réduire l'itinérance chez les personnes sortant de prison ou de détention provisoire.

Ce projet pilote, appelé Navigator et préparé avec l'aide de la Société John Howard, sera lancé à Edmonton d'ici la fin de l'année.

Les détentions provisoires, dont le séjour dure en moyenne 18 jours, laissent peu de temps pour penser au logement une fois que les cautions sont payées ou les accusations abandonnées, ont fait remarquer des travailleurs sociaux.

Le directeur de la Société John Howard, Chris Hay, propose à la province d'ajouter un travailleur de soutien au siège de la police et un autre au centre de détention provisoire pour aider à trouver les familles et les amis des détenus, une fois ces derniers libérés.

Des situations difficiles

Le sans-abri Randy Hetchler décrit une situation difficile à sa sortie de prison, survenue à une heure trop matinale pour qu'il puisse trouver refuge quelque part.

« Je suis sorti avec nulle part où aller, rien à faire, pas un sou », se souvient-il.

Selon Sindi Addorisio, qui est travailleuse sociale au centre communautaire Boyle Street, il s'agit d'un cycle commun pour les prisonniers, dont il s'avère difficile de sortir.

C'est juste un cycle : incarcération, itinérance, incarcération, itinérance.

Une citation de :Sindi Addorisio, travailleuse sociale au centre communautaire Boyle Street

Après avoir passé 40 jours en détention provisoire, Nicholas Burdeyni s'est aussi retrouvé dehors pas tout à fait réveillé, à 4 h.

« On m'a dit que j'étais en liberté sous caution, ou que quelqu'un avait payé cette caution, que j'étais libéré. Puis on m'a dit d'emballer mes affaires et de rentrer à la maison », se rappelle-t-il.

Après trois mois, le programme Navigator fera l'objet d'un examen et pourrait être élargi aux huit autres sociétés John Howard de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !