•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le géant de 2,46 m qui fait trembler son sport

Mehrzad avec ses coéquipiers iraniens pendant l'hymne national.
Mehrzad avec ses coéquipiers iraniens pendant l'hymne national. Photo: Getty Images / Getty Images/Yasuyoshi Chiba

L'Iran peut compter dans ses rangs le géant Morteza « Mehrzad » Mehrzadselakjani, le plus grand athlète de l'histoire des Jeux paralympiques. L'ironie veut qu'il pratique un sport assis.

Un texte d’Alexandre CoutureTwitterCourriel

Difficile de ne pas remarquer l'attaquant iranien pendant l'hymne national de son pays. Du haut de ses 2,46 m (8 pi 1 po), il surplombe ses coéquipiers qui semblent tout d'un coup si petits. 

Mais son visage famélique cache difficilement le mal qui l'afflige. Il souffre de gigantisme et, à 28 ans, sa santé se détériore au même rythme que sa croissance se poursuit.

Né dans une petite ville qui borde la mer Caspienne, Mehrzad est affligé par l'acromégalie, une condition qui provoque une surabondance d'hormones de croissance et un développement anormal des os.

Cette maladie rare toucherait (à différents niveaux) moins de 40 personnes sur un million. Parmi celles-ci se trouve Mehrzad, un homme jadis reclus et honteux devenu vedette internationale du volleyball assis.

Mehrzad célèbre le point de son équipe.Mehrzad célèbre le point de son équipe. Photo : GI / Matthew Stockman/Getty Images

Découvert à la télévision

À 15 ans, une chute de vélo l'a condamné à utiliser un fauteuil roulant pour se déplacer. Sa jambe droite s'est développée anormalement et est 15 cm plus courte que la gauche.

Gêné de son corps atypique, il quittait rarement sa maison et s'est coupé tranquillement du monde extérieur. Quelques années plus tard, c'est l'entraîneur de l'équipe nationale de volleyball assis qui l'a emmené de l'autre côté.

Le déclic est arrivé lorsque l'entraîneur Hadi Rezaei a aperçu Mehrzad à la télévision, il y a cinq ans. Ce dernier était présent à une émission qui mettait en scène des personnes avec des talents extraordinaires.

L'entraîneur venait de trouver la pièce manquante pour élever son équipe à titre de superpuissance. Quant à Mehrzad, il ne le savait pas encore, mais sa vie allait changer à tout jamais.

« Avant j'étais seul, j'étais dépressif, mais devenir un para-athlète a transformé ma vie », a-t-il confié à la télévision iranienne lors d'une rare présence devant les caméras.

Parce qu'encore aujourd'hui, malgré le fait qu'on lui demande des signatures et qu'on le reconnaît partout en Iran, il préfère encore rester à l'abri des regards.

Mehrzad se déplace difficilement avec des béquilles.Mehrzad se déplace difficilement avec des béquilles. Photo : GI / Getty Images/Raphael Dias

L'athlète qui fait grandir son sport

L'imposant athlète s'est développé à une vitesse phénoménale et a été nommé meilleur attaquant là son premier tournoi international, en Chine, en 2012.

L'Iran, qui avait obtenu passablement de succès dans les dernières années, faisait maintenant trembler toutes les autres équipes du circuit de volleyball assis.

Mehrzad est rapidement devenu la pierre angulaire de cette formation qui a remporté l'or ou l'argent dans les sept derniers Jeux paralympiques.

L'attaquant de 2,46 m est redoutable au service et est pratiquement imbattable au filet. Assis avec le bras étendu, il peut frapper le ballon à une hauteur de 1,93 m sans difficulté. Et dire que son entraîneur a déclaré il y a quelques jours « qu'il ne jouait qu'à 50 % de son potentiel ».

Certains pays se sont même plaints aux officiels des Jeux paralympiques de la taille de Mehrzad, mais le membre du Comité international paralympique (CIP) Craig Spence a été catégorique : « Le CIP ne fait pas de discrimination par rapport à la grandeur des athlètes. »

Peut-être un dernier tour de piste

Lorsqu'il foulera le plancher du Riocentro vendredi soir pour le match de demi-finale, Mehrzad tentera de mener son équipe vers une autre finale. 

Celui qui fêtera ses 29 ans samedi sait qu'il n'aura probablement pas la santé requise pour faire le voyage à Tokyo en 2020. 

Jeux paralympiques

Sports