•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Salaire minimum et LHJMQ : la ministre Vien sait-elle ce qu'elle fait?

La ministre Dominique Vien
La ministre Dominique Vien
Martin Leclerc

BILLET – Il s'est passé quelque chose d'hallucinant au Québec cette semaine.

Un texte de Martin LeclercTwitterCourriel

Après avoir reçu une lettre et une visite du commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau, la ministre québécoise du Travail, Dominique Vien, a tout bonnement annoncé que la Loi sur les normes du travail sera modifiée. Québec entend ainsi accommoder les propriétaires d'équipes, qui ne veulent pas être tenus de rémunérer leurs joueurs (âgés de 16 à 20 ans), au salaire minimum.

La raison évoquée par les dirigeants du circuit junior majeur québécois : si on les obligeait à payer leurs athlètes au salaire minimum, plusieurs équipes évoluant dans des petits marchés « ne pourront tout simplement pas survivre aux conséquences financières ».

Une question : ne s'agit-il pas du même argument employé, depuis toujours, par tous les organismes patronaux qui se sont opposés à l'adoption du salaire minimum et qui continuent de s'objecter chaque fois que quelqu'un propose de le rehausser?

***

Pour quiconque pratique le lobbyisme au Québec ou au Canada, cette opération menée et réussie par la LHJMQ relève de l'ultime fantasme.

Après une lettre et une petite rencontre, hop! Le gouvernement modifie la loi! Et ce, sans même consulter les quelque 400 jeunes hommes qui évoluent dans cette ligue et qu'on s'apprête spolier d'un droit apparent. Sans même consulter les agents qui tentent de veiller aux intérêts de ces jeunes, et sans même demander aux 18 équipes de la LHJMQ d'ouvrir leurs livres pour vérifier si les allégations du commissaire Courteau sont fondées.

C'est du travail bâclé de la part d'une ministre censée représenter à la fois les travailleurs et le patronat. Le fait que d'autres provinces aient adopté ce genre de mesures ne signifie pas pour autant qu'elles soient justifiées.

Depuis quelques années, les trois ligues canadiennes (LHJMQ, Ligue junior de l'Ouest et Ligue junior de l'Ontario) font face à un recours collectif de 50 millions intenté par un ancien joueur de la Ligue de l'Ontario. La poursuite allègue que les droits des joueurs ne sont pas respectés parce qu'ils ne sont pas rémunérés au salaire minimum.

Les joueurs de la LHJMQ touchent une allocation hebdomadaire variant de 70 à 150 $ par semaine selon leur âge. Ils sont logés en pension dans des familles. Leur équipement et leurs études sont payés. Toutefois, la grande majorité ne peut étudier à temps complet en raison des exigences de leur calendrier sportif.

Et pour chaque saison complète passée dans la LHJMQ, les joueurs ont droit à une bourse d'études universitaire de $6500. Ce n'est évidemment pas tout le monde qui en profite.

La ministre Vien n'a pas hésité à s'insérer dans ce débat juridique en déplorant que si la LHJMQ perdait sa cause devant les tribunaux « ça aurait un impact sur tout le sport amateur et ferait des athlètes quasiment des joueurs professionnels ».

La ministre sait-elle seulement de quoi elle parle?

Les joueurs de la LHJMQ sont soumis à des règles de repêchage identiques à celles de la LNH, et ils n'ont pas le droit de déterminer eux-mêmes l'endroit où ils pratiqueront le hockey et où (dans la majorité des cas) ils poursuivront leurs études.

Les joueurs de la LHJMQ peuvent être échangés comme les joueurs de la LNH, même en plein milieu d'une saison, entre deux sessions d'études. Et ils peuvent être virés n'importe quand, dès que leur niveau de jeu ne correspond plus aux attentes de leur entraîneur ou de leur directeur général.

Si ces jeunes athlètes ne sont pas « quasiment des professionnels », que sont-ils au juste, madame la ministre?

***

Gilles Courteau défend sa position en arguant qu'au lieu de payer leurs joueurs comme des travailleurs normaux, les équipes de la LHJMQ doivent investir leurs ressources dans les services et l'encadrement qu'elles offrent aux joueurs pour leur permettre de maximiser leurs habiletés et de continuer à cheminer dans le hockey.

Là-dessus, je suis largement d'accord avec lui.

Sauf que les ressources financières de la ligue sont fort mal réparties et que ce sont encore les joueurs qui se retrouvent dans une situation inéquitable. En d'autres mots, la LHJMQ est une ligue à deux vitesses.

On y retrouve des organisations qui génèrent d'immenses profits comme les Remparts de Québec et les Mooseheads d'Halifax. Les Sea Dogs de Saint John et les Wildcats de Moncton sont aussi très prospères.

Les Remparts appartiennent à une multinationale, Quebecor. Quand vous attirez en moyenne 13 000 spectateurs par rencontre et que les joueurs coûtent 70$ par semaine, les millions s'empilent assez rapidement. Les Wildcats sont la propriété de la famille Irving, qui est assise sur l'une des plus grosses fortunes au Canada. Idem pour les Sea Dodgs, qui sont détenus par la famille McCain. Le propriétaire des Mooseaheads, qui jouent devant des foules de 7000 à 9000 spectateurs, est l'ancien hockeyeur Bobby Smith.

En contrepartie, les équipes évoluant dans de petits marchés comme ceux de l'Abitibi, de Baie-Comeau ou de Bathurst (entre autres) doivent rivaliser d'imagination pour boucler leur budget et tenter d'offrir à leurs joueurs le même genre d'encadrement que les formations les mieux nanties.

Les milliardaires qui possèdent des équipes du baseball majeur et dans la LNH ont été assez visionnaires pour comprendre que leur ligue s'en porterait beaucoup mieux si les organisations évoluant dans les plus grands marchés partageaient leurs revenus avec les moins nanties. Et ces deux ligues professionnelles n'ont jamais été aussi prospères depuis qu'elles épousé cette philosophie.

***

Au hockey junior, on en est encore au capitalisme primaire du chacun pour soi. (Sauf en séries, où les équipes partagent de maigres sommes pour parvenir à payer les coûts de transport, qui sont plus importants et souvent imprévisibles.)

Résultat : bon nombre d'équipes tirent le diable par la queue. Les joueurs n'ont pas tous droit à un encadrement optimal (sportif et scolaire) compte tenu des considérables revenus totaux qu'ils génèrent. Et la LHJMQ voit constamment son nombre de joueurs repêchés dans la LNH diminuer. Les astres ne sont-ils pas tous alignés pour que l'on rénove ce modèle et qu'on accouche d'une LHJMQ 2.0?

« De la manière dont les choses fonctionnent actuellement, je ne comprends pas que les équipes les moins nanties de la LHJMQ ne se soient pas encore révoltées contre ces inégalités », confiait un dirigeant d'équipe cette semaine.

« Même à l'intérieur de la LHJMQ, beaucoup de gens sont mal à l'aise avec le système actuel », confie un agent.

« Les joueurs voient qu'il y a une disparité entre l'encadrement offert par une organisation ou une autre. Et ils refusent souvent d'être repêchés par certaines équipes. Si la LHJMQ continue sur cette voie, les joueurs vont finir par lui tourner le dos et par chercher d'autres options. Aux États-Unis oui ailleurs », prédit-il

Ce qui est inquiétant, c'est que c'est déjà commencé.

Pour toutes sortes de raisons, de plus en plus de joueurs désertent leur équipe junior majeur en cours de saison. Certains pour se consacrer à leurs études. D'autres parce qu'on leur offre plus d'argent pour évoluer au niveau inférieur, dans le junior AAA. Et ceux qui préfèrent opter pour les universités américaines sont de plus en plus nombreux. Ce phénomène est particulièrement frappant chez les fils d'anciens joueurs de la LNH dont le père a pourtant été développé dans la LHJMQ.

***

Pour l'instant, les hockeyeurs juniors sont presque des travailleurs, presque des professionnels et presque des étudiants. Et en même temps, ils ne sont pas grand-chose parce que leurs intérêts sont rarement considérés comme prioritaires quand se prennent les décisions qui les concernent.

Les joueurs n'ont personne pour les représenter. Et surtout pas la ministre Vien.

Si elle avait fait ses devoirs, la ministre aurait pu négocier cet immense cadeau que réclament les propriétaires de la LHJMQ. Notamment en exigeant que soit nommé un ombudsman ou une sorte de « protecteur des joueurs » qui serait indépendant, qui aurait des pouvoirs et qui aurait pour mission de représenter ces jeunes athlètes qui évoluent dans une sorte de zone grise, mais qui font vivre toute une industrie.

(NDLR) Martin Leclerc a déjà occupé des fonctions de recruteur pour le compte d'une équipe de la LHJMQ. Au début des années 1990, il a aussi été l'éditeur du magazine Hockey Canadien, administré par la ligue. L'un de ses fils porte les couleurs d'une équipe de la LHJMQ. 

À toute épreuve, le blogue de Martin Leclerc.

Hockey

Sports