•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Le collège francophone La Cité n'attire que 13 étudiants à Toronto

Publicité sur le programme de journalisme

Une brochure publicitaire du Collège La Cité à Toronto

Photo : Turgut Yeter

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Seulement 13 nouveaux étudiants se sont inscrits cette année à l'ensemble des cinq programmes offerts par le bureau du collège La Cité à Toronto. Deux des programmes n'ont reçu aucune inscription.

Un texte d’Annie PoulinTwitterCourriel

Lorsqu'on ajoute les cinq inscriptions de l'année dernière, l'institution francophone accueille un total de 18 étudiants.

La directrice du bureau est déçue. Judith Charest souligne toutefois que la succursale vient d'ouvrir ses portes et que les cours sont offerts selon un modèle différent. « Ce n'est pas désastreux quand on pense qu'on est vraiment en train de démarrer. »

Au lieu de proposer des cours magistraux, l'institution donne une formation qui comprend de l'enseignement dans les entreprises locales, dont Radio-Canada, et des cours en ligne.

Chacun des programmes peut accueillir jusqu'à 24 personnes. Le collège estime qu'il faut un minimum de 5 à 7 étudiants par cohorte pour qu'un programme soit viable.

Ma déception n'est pas dans ce qu'on offre. En fait, je suis convaincue que les gens ne connaissent pas l'offre et les possibilités.

Une citation de :Judith Charest, directrice du collège La Cité à Toronto

Le Collège assure avoir fait de la promotion dans les écoles secondaires et dans la communauté francophone. 

L'institution est basée à Ottawa. Son bureau torontois a un budget annuel d'environ 400 000 $.

Le bureau du collège La Cité à Toronto, au 555 Richmond dans l'ouest du centre-ville de TorontoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le bureau du Collège La Cité à Toronto, au 555 Richmond dans l'ouest du centre-ville de Toronto

Photo : Turgut Yeter

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, assure qu'elle fera un suivi sur la situation avec la direction de La Cité.

C'est sûr qu'on est toujours sensible. Mais il est trop tôt pour me prononcer sur ce que ça veut dire.

Une citation de :Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones

Clientèle intéressée?

Le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO), qui milite pour la création d'une université francophone en Ontario, croit qu'il faut éviter de conclure qu'il y a un manque d'intérêt de la part des étudiants pour des programmes postsecondaires en français.

Le directeur du RÉFO, Alain Dupuis, pense qu'il faut laisser le temps à l'institution de faire sa place : « Mais si ce n'est pas un modèle qui fonctionne, il va falloir réévaluer. »

Le directeur des programmes pour le Collège Boréal à Toronto, Bululu Kabatakaka, souligne pour sa part qu'il est difficile de se tailler une place dans ce marché parce que la compétition est féroce.

 Un jeune du secondaire en 12e année aujourd'hui, il a devant la porte 24 collèges qui veulent l'avoir. Il y a aussi une vingtaine d'universités. 

Une citation de :Bululu Kabatakaka, directeur des programmes du Collège Boréal à Toronto

Bululu Kabatakaka explique que le Collège Boréal avait aussi de très petites cohortes lorsqu'il s'est installé dans la Ville Reine en 2002. L'institution a accueilli 253 étudiants à sa rentrée scolaire la semaine dernière.

Le collège La Cité à Toronto va poursuivre ses efforts pour recruter des étudiants. Sa directrice espère aussi offrir un programme d'administration en septembre 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !