•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lac Nipissing : interdire la pêche hivernale sportive pour protéger le doré 

Cabane à pêche

Photo : Yvon Thériault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Première Nation Nipissing demande au ministère des Richesses naturelles et des Forêts d'interdire la pêche sportive du doré jaune cet hiver sur le lac Nipissing.

Un texte de Stéphany LaperrièreTwitterCourriel

Selon le chef de la Première Nation, Scott McLeod, cette interdiction est nécessaire pour protéger l'espèce. 

Dans un rapport paru en 2015, le ministère des Richesses naturelles et des Forêts indique que le nombre de dorés jaunes dans le lac Nipissing a diminué de moitié depuis les années 1980.

La surpêche est responsable de ce déclin, affirme le ministère. 

Récole annuelle moyenne du doré jaune de la pêche sportive et de la pêche commerciale 

  • Années 1970 : plus de 100 000 kilogrammes 
  • Années 1980 : plus de 100 000 kilogrammes
  • Années 1990 : environ 100 000 kilogrammes 
  • Années 2000 : environ 66 000 kilogrammes 

Source: ministère des Richesses naturelles et des Forêts (2015) 

Pour tenter de rétablir la population de doré jaune, le ministère a modifié les règles de pêche sur le lac Nipissing.

En 2013, le ministère a fait passer la limite de pêche sportive de quatre poissons à deux poissons par jour. Puis, en 2014, il est devenu interdit de pêcher des dorés qui mesurent moins de 46 centimètres. 

Malgré tout, la situation demeure critique, selon Scott McLeod. 

« Le problème c'est que les poissons sont pêchés avant qu'ils n'atteignent l'âge de frayer, ce qui crée une fausse impression qu'il y a du poisson »

— Une citation de  Scott McLeod, chef de la Première Nation Nipissing

Selon le ministère, le déclin de la population de doré jaune est attribuable à la perte de poissons de moins de cinq ans, âge auquel le doré jaune devient adulte.

La nouvelle longueur minimum de 46 centimètres pour la pêche sportive a toutefois permis de réduire la récolte totale de doré jaune, indique le ministère. 

Droits de pêche ancestraux 

Scott McLeod explique que l'interdiction de pêche sportive cet hiver est nécessaire pour permettre aux membres de la Première Nation Nipissing de pêcher pour l'alimentation traditionnelle. 

« C'est notre objectif, de continuer d'avoir ça [la pêche] disponible pour les membres de la Première Nation qui ont besoin de mettre de la nourriture sur la table », dit-il. 

Le chef rappelle que les droits de pêche ancestraux ont été reconnus par la jurisprudence.

Dans l'arrêt R c. Sparrow, la Cour suprême indique qu'il faut accorder la priorité absolue à la pêche à des fins de subsistance par les membres de Premières Nations dans la mise en oeuvre de mesures de conservation. 

Réponse du ministère

Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts indique par courriel que la requête de la Première Nation Nipissing sera étudiée avec soin et que les plus récentes données scientifiques sur les pêches seront prises en considération. 

De son côté, la Première Nation dit qu'elle attendra une réponse du ministère et insiste sur le fait qu'il s'agit d'un défi commun. 

« En surface, ça semble être un enjeu polarisé, mais en réalité, nous voulons tous la même chose et nous voulons travailler ensemble », dit le chef. 

Malgré tout, le biologiste et professeur au Collège Boréal André Ferron croit qu'il pourrait être difficile pour le ministère d'accéder à la demande de la Première Nation. 

« Les pêcheurs sportifs ont de la difficulté à accepter des limites de prise, mais quand ce sont des fermetures de saison, c'est encore plus difficile à accepter », dit-il. 

Le doré jaune.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le doré jaune.

Photo : Province du Manitoba

Quatre fois plus de cabanes de pêche que de maisons

En ce qui concerne l'impact qu'aurait une telle mesure sur la population de doré jaune dans le lac Nipissing, André Ferron affirme que cela dépend de plusieurs facteurs. 

« C'est sûr que ça va avoir un impact positif, mais est-ce que ça va être un impact significatif, c'est assez difficile à prédire »

— Une citation de  André Ferron, biologiste et professeur au Collège Boréal

Parmi les facteurs qui entrent en jeu, le biologiste mentionne le nombre de prises commerciales par rapport au nombre de prises sportives et la quantité de poisson pêché l'hiver par rapport à l'été.

Le chef de la Première Nation Nipissing affirme qu'il y a quatre fois plus de cabanes de pêche sur le lac Nipissing l'hiver que de maisons sur le territoire de la Première Nation.

Scott McLeod rappelle que la Première Nation respecte depuis 2004 un moratoire au printemps, qui est la période de reproduction du doré jaune, et dit qu'il est temps que les autres utilisateurs du lac Nipissing fassent davantage pour protéger l'espèce.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !