•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mariage Bayer-Monsanto risque de coûter cher aux agriculteurs

Un champ de canola

Un champ de canola

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

L'acquisition du fabricant de pesticides et de semences Monsanto par le géant allemand de la chimie Bayer risque de coûter cher aux agriculteurs, prévient un spécialiste en économie agricole de l'Université du Manitoba.

Si la fusion est approuvée par les autorités réglementaires, l'entreprise créée sera le numéro un mondial des semences et des pesticides.

« J'ai grandi dans une ferme, et cette nouvelle m'inquiète », déclare le professeur en économie agricole Derek Brewin, ajoutant que la nouvelle entreprise contrôlera 93 % des sources d'approvisionnement en semences de canola au Canada.

Le saviez-vous? Le canola contribue annuellement à hauteur de 19,3 millions de dollars à l'économie canadienne, selon l'Association des producteurs de canola du Canada.

Les semences génétiquement modifiées Roundup Ready de Monsanto et LibertyLink de Bayer - qui combinent semences et herbicides en un seul produit - sont très populaires auprès des fermiers.

Il croit que le monopole créé par la fusion des deux entreprises risque de coûter cher aux agriculteurs. « Le prix des semences augmentera en conséquence, dit M. Brewin. Lorsque les fermiers commencent à perdre de l'argent, ça fait mal à l'économie manitobaine. »

M. Brewin croit toutefois que les autorités de la concurrence forceront Bayer à se départir d'un des produits brevetés avant de donner le feu vert à la fusion.

Alberta

Agro-industrie