•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture du nouveau centre de détention d'Elgin-Middlesex à London

Nouveau centre régional de détention discontinue d'Elgin-Middlesex

Nouveau centre régional de détention discontinue d'Elgin-Middlesex

Photo : Radio-Canada/Nicolas Pham

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Ontario inaugure cette semaine à London un nouveau centre régional de détention discontinue. La prison permettra de désengorger le centre de détention d'Elgin-Middlesex en accueillant les contrevenants condamnés à des peines purgées par intermittence.

Avec sa structure à membrane sous tension composée d'arches en aluminium recouvertes de panneaux de tissu, le deuxième centre de détention discontinue (CRDD) de la province a l'air d'une serre futuriste.

Il n'en est pas moins sécuritaire avec des équipements de surveillance à la fine pointe de la technologie, notamment un scanneur corporel qui vise à empêcher les prisonniers d'entrer avec des objets interdits.

Il sera réservé aux contrevenants qui ont à purger des peines de 90 jours ou moins. Ces individus font leurs peines par segments de temps, habituellement les fins de semaine.

Ce type de prisonnier causait jusqu'à présent des problèmes de contrebande et de surpopulation lorsqu'ils rejoignaient les détenus traditionnels la fin de semaine.

Le nouveau CRDD permettra donc d'assurer une meilleure sécurité au personnel et aux détenus tout en réglant des problèmes de capacité.

Chambre de centre de détention pour peines discontinues - Elgin-MiddlesexAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chambre de centre de détention pour peines discontinues - Elgin-Middlesex

Photo : Radio-Canada/Nicolas Pham

La nouvelle prison pour hommes compte 112 lits et a coûté près de 10 millions de dollars. Elle devrait commencer à accueillir des détenus dès la fin de semaine.

Le premier CRDD de la province a été construit à Toronto en 2011.

Pour obtenir une peine discontinue, le contrevenant doit convaincre un juge que ses responsabilités l'empêchent de purger une peine normale. Ce type de peine existe en Ontario depuis 1972.

Un système qui ne fait pas l'unanimité

Certains se demandent toutefois si un tel investissement en valait la peine.

Pour Justin Piché, professeur de criminologie à l'Université d'Ottawa, construire de nouveaux centres de détention n'est ni plus ni moins du gaspillage, surtout pour des prisonniers occasionnels.

Selon lui, ces détenus non violents pourraient simplement purger leurs sentences dans la communauté et ainsi y contribuer en évitant la dépense d'une nouvelle prison exclusivement pour eux.

Le syndicat qui représente les gardes de la prison d'Elgin Middlesex a également des réserves estimant que ce ne sont pas toujours des prisonniers non violents qui obtiennent des peines discontinues.  

Il y a des inquiétudes chez les employés des services correctionnels. Même si ce sont les juges qui décident des peines discontinues, nous avons vu des détenus qui avaient été déclarés délinquants dangereux purger ce type de peine. C'est un problème.

Julie McGuffin, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario, Local 108

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !