•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Houblonnière de Verner: à la croisée des chemins

Cynthia Guindon, copropriétaire de la houblonnière de Verner.

Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après deux années de récoltes et d'essais de toute sorte, l'heure est à la réflexion pour les propriétaires de la houblonnière de Verner.

Un texte de Frédéric ProjeanTwitterCourriel

Pour répondre aux besoins de leurs clients, notamment les brasseurs, les agriculteurs de Nipissing Ouest devront augmenter considérablement leur production de houblon.

Je ne crois pas qu'on puisse continuer le projet à aussi petite échelle et arriver à nos coûts. Ça va prendre de l'argent et ça va être difficile. Il faut investir ou mettre fin au projet, et ça nous briserait le cœur.

Une citation de :Cynthia Guindon, copropriétaire de la houblonnière

Poursuivre l'aventure nécessiterait de grands investissements pour Cynthia Guindon et son mari Dan Paquette.

Et l'argent ne pousse pas... dans les lianes, comme le rappelle la copropriétaire de la houblonnière située en bordure de la route 17.

Quelques lianes de houblon, à Verner.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Des sommes pourraient venir de FedNor ou du ministère de l'Agriculture de l'Ontario..

La houblonnière pourrait aussi devenir un projet de recherche pour le Nord, viser le marché médicinal, ou s'associer officiellement à un brasseur.

Toutes les options sont envisagées, souligne Cynthia Guindon.

Le houblon de VernerAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Signe encourageant, le houblon a bien poussé cet été. Les lianes sont plus fournies. Deux variétés de cet ingrédient essentiel à la fabrication de la bière ont déjà été récoltées.

C'était le 2e été de production, et il aura été très fertile en apprentissages. Cynthia Guindon admet avoir fait quelques erreurs de débutants.

On a eu des rendements beaucoup plus élevés. Très intéressant. On a appris au niveau de l'irrigation, des ravageurs de culture. 

Une citation de :Cynthia Guindon
Cynthia Guindon et son mari Dan Paquette, copropriétaires de la houblonnière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Les plants restants seront décrochés cette semaine. Les cônes seront analysés par des chimistes pour mieux connaître leurs propriétés.

À la suite de ces analyses, il sera plus facile pour les Guindon-Paquette d'approcher de futurs clients et de déterminer les meilleures avenues à prendre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !