•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les FARC regrettent les milliers d'enlèvements

Des Colombiens circulent au milieu d'affiches de différentes personnes touchées par le conflit à l'occasion de la Journée internationale des disparus, le 30 août, à Medellin.

Des Colombiens circulent au milieu d'affiches de différentes personnes touchées par le conflit, à l'occasion de la Journée internationale des disparus, le 30 août, à Medellin.

Photo : Getty Images / RAUL ARBOLEDA

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les rebelles colombiens des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), qui s'apprêtent à signer un accord de paix avec le gouvernement de Bogota, ont présenté leurs excuses pour la « grande douleur » qu'ils ont provoquée en enlevant des milliers d'otages au cours de leurs décennies d'insurrection.

« Nous voulons reconnaître, avec un sentiment d'humanité et de réconciliation, que pendant le conflit, les FARC ont causé une grande douleur en détenant des personnes pour obtenir des rançons », a déclaré Ivan Marquez, commandant et négociateur en chef des FARC, dans un document vidéo diffusé dimanche soir.

« Cette conduite, qui a toujours été employée pour subvenir aux besoins de la rébellion, a blessé des familles entières », a-t-il ajouté de La Havane, où se sont déroulées les négociations.

Quelque 27 000 personnes ont été enlevées en Colombie entre 1970 et 2010, selon des chiffres officiels, dont 90 % par les FARC.

Les rebelles marxistes et le gouvernement de Bogota doivent signer le 26 septembre un accord de paix qui mettra fin à plus de 50 années d'insurrection, un conflit qui a coûté la vie à plus de 220 000 personnes et fait des millions de déplacés.

L'accord sera soumis à référendum le 2 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !