•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix ans après Dawson : l'arme du tueur encore plus accessible 

Louise De Sousa, mère d’Anastasia De Sousa tuée au Collège Dawson, Suzanne Laplante-Edward et Jim Edward, parents d’Anne-Marie Edward, tuée à la Polytechnique, ont milité en faveur d’un contrôle plus serré des armes à feu au Canada.

Louise De Sousa, mère d’Anastasia De Sousa tuée au Collège Dawson, Suzanne Laplante-Edward et Jim Edward, parents d’Anne-Marie Edward, tuée à la Polytechnique, ont milité en faveur d’un contrôle plus serré des armes à feu au Canada.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le fusil semi-automatique d'aspect militaire dont s'est servi Kimveer Gill le 13 septembre 2006 dans la fusillade tragique au Collège Dawson, à Montréal, était tout à fait légal. Dix ans plus tard, il l'est toujours malgré les efforts de victimes de tueries, parmi d'autres opposants.

Et depuis, une version légèrement modifiée de ce fusil a été mise en vente au Canada, ce qui le rend encore plus accessible.

L'arme principale de Kimveer Gill, le Beretta CX4 Storm - qui lui a servi à tirer 72 balles au Collège Dawson -, était classée dans la catégorie « restreinte » à ce moment, ce qui nécessitait un permis spécial de possession, un permis de transport d'arme et qui obligeait son détenteur à être membre d'un club de tir, le seul endroit où il pouvait se servir de ce fusil.

Le modèle CX4 Storm est maintenant offert en version « non restreinte ». Seul un permis régulier est requis pour se le procurer.

Le distributeur canadien de l'arme, Stoeger Canada, la décrit comme « une arme de poing de combat » et se félicite que le modèle ait été adopté par plusieurs forces policières aux États-Unis.

Pour que le fusil puisse entrer dans la catégorie « non restreinte », le manufacturier a augmenté légèrement la longueur du canon (de 16 pouces à 19 pouces - ou de 40 cm à 48 cm).

En dessous de 18,5 pouces (47 cm), ce type de fusil est classé dans la catégorie « restreinte ». Le législateur avait voulu interdire les armes d'allure militaire avec un canon court dont le transport et le maniement sont plus faciles.

Pourtant, cette différence de 3 pouces ne changerait absolument rien quant à la puissance de l'arme ou de sa précision, selon Tony Bernardo, directeur exécutif de l'Association des sports de tir au Canada, interrogé au sujet du modèle CX4 Storm de Beretta. D'après cet expert des armes à feu, le modèle non restreint est vendu depuis quatre ou cinq ans.

Une version adaptée à chaque marché

L'expert en armes à feu et en balistique Alan Voth explique que les fabricants d'armes étudient les lois de chaque pays et créent une version adaptée à la législation de chacun des marchés, ce qui leur donne plus d'occasions de vente, une arme non restreinte se vendant plus facilement. Sur le site GTAGunSafety.com, une entreprise de l'Ontario qui offre des cours de sécurité pour manier les armes à feu, le modèle CX4 Storm non restreint est d'ailleurs appelé avec enthousiasme « la magique Beretta canadienne ».

Kimveer Gill a abattu une jeune femme de 18 ans, Anastasia De Sousa, et blessé 16 personnes au Collège Dawson le 13 septembre 2006. Il s'est donné la mort sur place, avec son pistolet Glock.

Ces morts ont mené à deux rapports du coroner en 2008, qui s'est penché sur diverses pistes pour éviter qu'une tragédie pareille ne se reproduise.

Il recommandait notamment de prohiber les armes semi-automatiques et aussi toutes celles dont le chargeur se trouve derrière la détente. Celle que Kimveer Gill avait ce jour-là possédait ces deux caractéristiques.

C'est aussi le cas pour le modèle non restreint mis en marché depuis. « C'est un fusil plus léger, plus facile à manœuvrer, mais qui est quand même très précis, et qui ne devrait pas être accessible aux civils », avait précisé en point de presse le coroner Jacques Ramsay au moment du dévoilement de son rapport en 2008.

Plus encore, il recommandait une intervention pour empêcher les fabricants d'armes de contourner les lois sur la possession d'armes prohibées en modifiant leurs armes pour les rendre légales et, par conséquent, accessibles au public.

Selon Heidi Rathjen, une survivante de la tuerie de Polytechnique en 1989 et porte-parole du groupe Poly se souvient, qui milite pour le contrôle des armes, ce type de fusils, comme le CX4 Storm de Kimveer Gill, ne devrait tout simplement pas être vendu.

Ce sont des armes à feu conçues pour tuer des êtres humains rapidement et efficacement. C'est conçu pour des contextes militaires.

Une citation de :Heidi Rathjen

« Il n'y a aucune justification pour permettre que ces armes-là soient dans les mains de citoyens et quand ça tombe dans les mains de gens mal intentionnés, c'est là qu'il y a des tragédies », ajoute-t-elle.

Elle précise que les armes comme celles de Kimveer Gill tirent un nombre élevé de munitions et peuvent comporter des chargeurs à haute capacité, des silencieux et des accessoires militaires.

Des armes « démonisées »

La loi prévoit qu'un chargeur peut contenir un maximum de 5 ou de 10 balles selon le type de fusil, dit Guy Morin, vice-président du collectif Tous contre un registre québécois des armes à feu. Certains fusils peuvent recevoir un chargeur avec une plus grande capacité, mais ceux qui en ajoutent un commettent une infraction criminelle, a-t-il dit en entrevue.

M. Morin croit qu'il n'y a pas de problème avec les armes semi-automatiques au Canada : les fusillades sont rares, dit-il, et les meurtres sont le fait de criminels qui acquièrent des armes illégales, ou encore de gens atteints de troubles mentaux.

Selon M. Bernardo, de l'Association des sports de tir au Canada, les armes semi-automatiques sont démonisées sans raison : elles ne sont pas plus rapides et ne contiennent pas plus de munitions, soutient-il. Elles ne devraient donc pas être prohibées.

Elles ont mauvaise réputation en raison de leur apparence, croit-il : le CX4 Storm est un fusil noir, avec un design qu'il qualifie d'« osé ». Même son de cloche du côté de M. Morin, qui souligne que l'arme a « l'air méchante », sans être différente des autres types de fusils dans sa catégorie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !