•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Vancouvéroise tente de résoudre le mystère des bélugas du Saint-Laurent

Valeria Vergara et une partie de son équipe.
Valeria Vergara et une partie de son équipe. Photo: Aquarium de Vancouver
Radio-Canada

Une scientifique de l'aquarium de Vancouver dirige une équipe de recherche pancanadienne pour tenter de comprendre le déclin inquiétant de la population de bélugas dans l'estuaire du Saint-Laurent au Québec.

Valeria Vergara et son équipe composée de chercheurs de partout au pays se sont rendus sur place durant tout l'été et ont élaboré une théorie selon laquelle la pollution sonore sous-marine serait à l'origine de la disparition rapide de ces baleines.

« C'est une population qui vit dans une zone très industrialisée, ils sont probablement bombardés de sons de toutes parts dus à des facteurs multiples », avance-t-elle.

Selon l'experte, les traversiers, jet-skis, bateaux et autres appareils mécaniques ont un impact négatif sur les bélugas. Les signaux sonores de contact entre une mère et son bébé sont cruciaux pour la survie de ce dernier. La pollution sonore vient brouiller les pistes, écarter le petit de sa mère et le perdre dans les fonds sous-marins où il finit par se noyer.

Des bélugas nageant dans le fleuve Saint-LaurentDes bélugas nageant dans le fleuve Saint-Laurent Photo : Radio-Canada

Espèce en voie de disparition

L'équipe a également étudié d'autres facteurs comme la pollution, la dégradation de l'habitat et la diminution des sources de nourriture.

En 1985, Pêches et Océans Canada estimait à 10 000 le nombre de bélugas vivant dans l'estuaire du Saint-Laurent. Ils sont aujourd'hui environ 900. Ottawa a placé le cétacé sur la liste des espèces en péril, le 1er septembre dernier.

Valeria Vergara attend du financement supplémentaire pour obtenir des réponses plus concrètes dans les années à venir. L'expédition menée cet été n'a pas été financée par le gouvernement, mais a été soutenue par plusieurs organismes caritatifs.

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux