•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campus Saint-Jean : 1,3 M$ pour rénover les laboratoires, insuffisant juge le doyen

Vue d'un laboratoire au Campus Saint-Jean.

Vue d'un laboratoire au Campus Saint-Jean.

Photo : Nicolas Pelletier/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le 1,3 million de dollars que recevra d'Ottawa le Campus Saint-Jean à Edmonton pour remettre aux normes ses trois laboratoires désuets est insuffisant, selon le doyen Pierre-Yves Mocquais. 

Un texte de Camille FeireisenTwitterCourriel

L'argent provient du Fonds d'investissement stratégique pour les établissements postsecondaires du gouvernement fédéral.

« À l'heure actuelle, nos laboratoires sont pris à 100% quasiment, soutient le doyen, et nous nous trouvons dans une situation où les étudiants, principalement ceux de cycle supérieur en biologie, doivent aller prendre des cours au Campus Nord [de l'Université de l'Alberta], ce qu'ils ne peuvent pas faire en français . »

 C'est nier à nos étudiants la possibilité de faire leurs études en français.

Une citation de :Pierre-Yves Mocquais, doyen du Campus Saint-Jean

Une étude faite par l'Université de l'Alberta à l'automne 2015 avait stipulé que le Campus Saint-Jean était déjà à court d'espace, notamment au niveau de ses laboratoires. Il avait alors été estimé qu'il faudrait 19 millions de dollars pour rénover les laboratoires et en ouvrir au moins deux nouveaux. 

Le doyen du Campus Saint-Jean, Pierre-Yves Mocquais.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le doyen du Campus Saint-Jean, Pierre-Yves Mocquais.

Photo : Geneviève Tardif/Radio-Canada

« Le plus important pour nous, c'est d'avoir des laboratoires de biologie. Nous n'en avons qu'un seul actuellement et cela est inacceptable, car nous ne pouvons pas faire les expériences de nature stérile et celles de natures non stériles dans un seul endroit », pointe Pierre-Yves Mocquais.

Les trois laboratoires peuvent accueillir entre 17 et 24 étudiants, précise la directrice des laboratoires d'enseignement des sciences, Sarah Pelletier. Avec une centaine d'étudiants en première année dans les programmes scientifiques, la place reste insuffisante.

« Tous les moments de la semaine sont utilisés dans les laboratoires. Si on voulait prendre plus d'étudiants, il faudrait avoir des horaires le soir, mais ce n'est pas possible », souligne Sarah Pelletier.

Des laboratoires désuets

Les laboratoires ont été construits au début des années 1960 et des rénovations deviennent nécessaires, selon Sarah Pelletier. « La priorité est vraiment de mettre à jour et de moderniser. »

Les laboratoires sont désuets, les comptoirs sont en bois, ce qui n'est pas sécuritaire en cas de feux, ils sont usés. On manque aussi d'éviers, les laboratoires n'ont pas assez de hottes par exemple en chimie lors des expériences.

Une citation de :Sarah Pelletier, directrice des laboratoires d'enseignement des sciences
La directrice des laboratoires d'enseignement des sciences, Sarah Pelletier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La directrice des laboratoires d'enseignement des sciences, Sarah Pelletier.

Photo : Geneviève Tardif/Radio-Canada

Au total, l'Université de l'Alberta recevra 82,5 millions de dollars des gouvernements fédéral et provincial pour ses infrastructures. L'Université ajoute 48 millions de dollars à cette enveloppe.

Pierre-Yves Mocquais dit ne pas connaître encore quel montant la province et l'Université accorderont au Campus Saint-Jean, au-delà de la somme donnée par le gouvernement fédéral. « Même si la somme est doublée, on monterait peut-être à deux ou trois millions de dollars, ce qui reste insuffisant », conclut-il.

Le vice-président des Services et des Opérations de l'Université de l'Alberta doit se rendre sur le campus francophone le 24 octobre prochain, afin de rendre compte de la situation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !