•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau revers pour Rino Volpé, l'ancien PDG du réseau de santé Vitalité 

Rino Volpé

L'ancien PDG du réseau de santé Vitalité au Nouveau-Brunswick connaît un nouveau revers.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans des documents juridiques obtenus par Radio-Canada, la juge responsable dans la poursuite de l'ancien PDG du Réseau de santé Vitalité contre le gouvernement du Nouveau-Brunswick, se récuse en invoquant un conflit d'intérêt. Un autre revers pour Rino Volpé qui conteste un « congédiement injustifié ».

La juge Tracey K. DeWare, de la Cour du Banc de la Reine, estime qu'elle n'est pas en mesure de juger équitablement cette affaire.

Son mari, employé par la province, « avait eu connaissance de certaines conversations relatives au présent litige », stipulent les documents du tribunal, datés du 29 août.

Tracey K. DeWare est la conjointe de Jacques Pinet qui travaille au bureau du premier ministre. Il est chef de la direction au secrétariat du Conseil à l'emploi.

Cette même juge avait déjà présidé les audiences des avocats de Rino Volpé et la défense de la province en juin. 

La magistrate devait ensuite décider de rendre ou non un jugement sommaire, à la demande de la poursuite. M. Volpé aurait ainsi gagné sa cause, sans autre forme de procès.

Rino Volpé, « surpris et déçu »

Un des avocats de Rino Volpé, maître Gabriel Poliquin, déclare que son client est « surpris et déçu » de la décision de la juge DeWare, car il espérait que la question du jugement sommaire soit enfin tranchée.

« M. Volpé n'a jamais douté et ne doute toujours pas de la capacité de Mme la juge DeWare à rendre un jugement impartial c'est pour ça qu'il est surpris », indique-t-il. 

« Dix-neuf mois après avoir entamé sa poursuite et presque un an après avoir demandé un jugement sommaire, M. Volpé en est toujours au même point de ne pas avoir reçu de jugement sur le fond du dossier. M. Volpé en est à considérer ses options face à la décision de la juge DeWare », explique Gabriel Poliquin. 

La juge DeWare a donné comme directive d'organiser une conférence téléphonique avec les avocats ; aucune date n'a encore été fixée.

Rino Volpé et ses avocats pourront ensuite choisir de suivre les instructions de la juge DeWare, de faire appel de sa décision ou d'arrêter les procédures.

Deuxième retrait d'un juge

Rino Volpé a occupé le poste de président-directeur général du Réseau de santé Vitalité du 1er février 2013 au 21 novembre 2014. Il a été remercié par Victor Boudreau quelques semaines après l'assermentation de celui-ci en tant que ministre de la Santé.

Rino Volpé réclame près de 1,3 million de dollars pour congédiement injustifié.

Le 8 mars 2016, l'audience au cours de laquelle les avocats devaient présenter leurs plaidoiries avait été repoussée de trois mois.

Le juge assigné au dossier avait lui aussi invoqué un conflit, sans que soient précisées la nature de ce conflit ni l'identité de ce juge.

« Ça n'arrive pas souvent », reconnaît l'avocat Gabriel Poliquin, en parlant de cette deuxième récusation.

Acadie

Justice et faits divers