•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de bioraffinerie : des experts réunis à La Tuque

scierie-parent-remabec

Scierie Arbec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis mardi, 35 experts en bioénergie du Canada et d'Europe sont réunis en Haute-Mauricie pour se pencher sur le projet de 750 millions de dollars. La Ville de La Tuque affirme qu'il s'agit d'une « réunion de lancement du projet ».

Le projet de bioraffinerie à La Tuque vise à transformer des résidus de coupe forestière pour produire jusqu'à 200 millions de litres de carburant renouvelable, comme du biodiesel. Il créerait plus de 150 emplois.

D'ici 2018, ces chercheurs vont réfléchir à la meilleure façon de réaliser ce projet de bioraffinerie qui serait la première en Amérique du Nord.

Le pays entier a les yeux tournés vers nous.

Une citation de :Normand Beaudoin, maire de La Tuque

« L'étude devra nous fournir des informations sur deux aspects importants du projet : d'abord il faudra analyser la ressource, [...] mais il faudra surtout identifier la meilleure technologie existante pour fabriquer du biodiesel, il est là le défi », explique Pierre Lapointe, président et chef de la direction chez FPInnovation.

Québec participera au financement de l'étude

Par ailleurs, Radio-Canada a appris que le gouvernement du Québec va accorder une aide de 1,5 million de dollars pour la réalisation de cette étude de faisabilité. Une annonce officielle devrait être faite pour confirmer l'investissement.

« Étant donné que c'est une première au Canada, pour que les investisseurs acceptent de dépenser des centaines de millions de dollars à La Tuque, ils doivent être assurés que les conditions technologiques et économiques sont optimales. Voilà la mission de cette nouvelle équipe de choc réunie à La Tuque cette semaine », indique la Ville par voie de communiqué.

L'équipe est composée de représentants de FPInnovation, de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), de l'Université de VTT, un centre de recherche finlandais, de l'Université Laval, du ministère des Ressources naturelles du Canada et de l'École Polytechnique de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !