•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Programme d'amnistie à Halifax : une arme à feu contre 50 billets d'autobus

Les propriétaires d'armes à feu illégales pourront en échanger autant qu'ils veulent contre des billets d'autobus.

Les propriétaires d'armes à feu illégales pourront en échanger autant qu'ils veulent contre des billets d'autobus.

Photo : Photo : CBC

Radio-Canada

La Ville d'Halifax approuve son programme d'amnistie pour les armes à feu illégales. Du 12 au 23 septembre, il sera possible d'échanger une arme à feu contre 50 billets de transport en commun.

Le conseiller municipal Ted Upshaw a fait cette proposition en réaction à la série de fusillades qui ont touché la capitale au printemps. Cette année, neuf homicides se sont produits dans la région d'Halifax, dont cinq par arme à feu.

Je suis heureux de la décision du conseil municipal puisque cette mesure contribuera certainement à la sécurité publique sur le territoire de la municipalité régionale d'Halifax.

Ted Upshaw, conseiller responsable de la sécurité publique

De son côté, le policier à la retraite Tom Martin explique qu'il s'agit d'une stratégie parmi plusieurs. « Ça prendra l'appui, la participation et l'attention de la communauté pour que ça fonctionne », prévient-il­.

Le policier Tom MartinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le policier Tom Martin

Photo : Photo : CBC

L'ancien policier se réjouit tout de même de la mise en place de l'initiative. 

La police récupérera les armes

« Pour profiter du programme, les propriétaires d'armes à feu illégales devront communiquer avec la police d'Halifax ou la GRC », explique le conseiller.

Les autorités se rendront ensuite à leur rencontre pour récupérer les armes et les munitions. Il demande aux citoyens de ne pas apporter leurs armes au poste de police.

« Le but du programme est de retirer de la rue le plus d'armes possible pour rendre la ville plus sécuritaire », ajoute-t-il. Il est important de comprendre que la personne qui rend une arme à feu et des munitions ne doit pas craindre d'être accusée de quoi que ce soit. 

Le conseiller municipal responsable de la sécurité publique Ted UpshawAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseiller municipal responsable de la sécurité publique Ted Upshaw

Photo : Photo : CBC

Par contre, Ted Upshaw indique que la police pourrait enquêter si l'arme est liée à un crime.

Le bureau de la sécurité publique d'Halifax est quant à lui responsable de distribuer les billets d'autobus en plus de faire la promotion du programme.

Un incitatif séduisant?

Chaque arme donnée à la police sera échangée contre un lot de 50 billets d'autobus, une valeur de 100 $.

Le conseiller municipal David Hendsbee croit qu'il devrait cependant exister une alternative en argent.

Même son de cloche de la part de l'organisme contre la violence CeaseFire Halifax. L'organisme salue l'initiative, mais juge qu'il devrait y avoir d'autres incitatifs pour ceux qui n'utilisent pas le transport en commun.

Nous jouons tous un rôle dans la réduction de la violence à Halifax. J'encourage la communauté d'affaires à se joindre au mouvement pour arriver à retirer le plus d'armes possible de la rue.

Carlos Beals, travailleur de rue à l'organisme CeaseFire Halifax

Le conseiller à l'origine du programme d'amnistie recommande aussi aux propriétaires d'armes à feu illégales dans les régions rurales de profiter du programme.

Un précédent fructueux

Le dernier programme d'amnistie à Halifax remonte à 2009. La Ville avait mis sur pied le programme Pixels for Pistols qui donnait la possibilité aux citoyens d'échanger leurs armes à feu contre un appareil photo numérique.

Un programme d'amnistie similaire avait connu un succès en 2009.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un programme d'amnistie similaire avait connu un succès en 2009.

Au total, ce sont 1074 armes à feu et plus de 10 000 munitions qui avaient été récupérées.

Le coût du programme d'aministie de cette année ne devrait pas dépasser les 5000 $, selon la Ville. Ce montant sera absorbé par le budget d'exploitation du transport en commun si aucun commanditaire n'accepte d'offrir des fonds.

Avec les informations de avec CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Affaires municipales