•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre députés appuient Lisée dans la course à la direction du PQ

Le reportage d'Hugo Lavallée
Radio-Canada

Trois des cinq députés qui appuyaient Véronique Hivon avant son désistement de la course à la direction du Parti québécois (PQ) et un quatrième, non aligné, Alain Therrien (Sanguinet), se rangent derrière Jean-François Lisée. Jusqu'ici, seul Alexandre Cloutier bénéficiait d'appuis dans le caucus du parti, avec 12 députés.

M. Lisée a présenté ses quatre nouveaux alliés lors d'une conférence de presse dans sa circonscription de Rosemont, à Montréal, mercredi. Les trois députés du clan Hivon qui ont choisi d'appuyer M. Lisée sont Mathieu Traversy (Terrebonne), André Villeneuve (Berthier) et Carole Poirier (Hochelaga-Maisonneuve).

Orphelins de leur candidate depuis le retrait Mme Hivon, ils avaient choisi de se donner quelques jours de réflexion avant de décider qui ils appuieraient dans la course à la chefferie. Jean-François Lisée a d'ailleurs tenu à souligner la période de réflexion entreprise par ses nouveaux alliés, la qualifiant d'essentielle.

Lisée encensé

Carole Poirier a d'abord vanté l'efficacité de M. Lisée. Se présentant comme sa « grande amie », la députée d'Hochelaga-Maisonneuve a tout de même salué Véronique Hivon, « à qui elle avait donné sa confiance », avant d'encenser le député de Rosemont.

« Aujourd'hui, avec les faits, je me dois de porter cet appui à Jean-François [...] c'est l'homme qui nous rassemble à Montréal au niveau des députés, a-t-elle déclaré. « Lors de la dernière campagne électorale, il a été un leader important, il a été un ministre de la métropole important. C'est quelqu'un qui a des idées, on le sait, mais qui est capable aussi de les réaliser et de les mettre sur papier. »

Mathieu Traversy, un des plus jeunes députés de l'Assemblée nationale, a succédé à Carole Poirier au micro. Présentant Jean-François Lisée comme un « dur politicien » et un « homme d'expérience », le député de Terrebonne a profité de sa tribune pour faire une revendication.

« Je vais vous dire un secret [...] je veux que le Parti québécois change, je veux que le Parti québécois se transforme au fil des prochaines semaines et des prochains mois. À la lueur de cette course à la chefferie, le candidat le mieux placé pour transformer ce parti et le renouveler, c'est Jean-François Lisée », a-t-il soutenu.

André Villeneuve, député de Berthier, a fait écho aux propos de Mathieu Traversy pour justifier son choix d'appuyer Jean-François Lisée. « Il a une maturité politique exceptionnelle [...] après mûre réflexion, j'ai décidé d'appuyer Jean-François et je peux vous dire une chose, j'en suis très, très heureux », a-t-il affirmé.

Le député de Berthier s'est dit persuadé que Jean-François Lisée a ce qu'il faut pour devenir le « premier président du Québec », tout en livrant un bref plaidoyer en faveur de l'indépendance de la province. « La meilleure chose qui peut arriver au Québec, ce n'est pas Jean-François, enfin oui peut-être, mais c'est surtout l'indépendance et en ce sens-là, je suis convaincu que le choix que j'ai fait aujourd'hui est le meilleur ».

Jean-François Lisée a ensuite présenté son dernier allié « surprise », soit Alain Therrien, député de Sanguinet. Ce dernier, qui était demeuré neutre jusqu'à présent « pour prendre du recul », a expliqué qu'il sentait, sur le terrain, que ses électeurs désiraient qu'il appuie Jean-François Lisée. M. Therrien a ajouté qu'il avait été « impressionné » par la campagne du député de Rosemont, la qualifiant de « zen » et « sans arrogance ».

Moi j’aime le plan de match; on met les libéraux à la porte, on redonne confiance aux Québécois, on travaille pour restaurer le Québec et on fait du Québec un pays. J’adhère à ça, moi, Jean-François.

Alain Therrien, député de Sanguinet.
Entrevue avec Jean-François Lisée

Alliance et burkini

En entrevue à 24/60, Jean-François Lisée a affirmé qu'il pourrait proposer à Québec solidaire une « entente quelconque » dans le but d'avoir un gouvernement progressiste. Il a toutefois précisé que si le PQ est élu minoritaire, il restera minoritaire, « parce que ce sera la volonté des électeurs. » « J'ai toujours été l'homme des coalitions, mais ça dépend pourquoi, avec qui, et à quel moment », a-t-il déclaré.

Le candidat à la chefferie a clarifié sa position sur le burkini. Bien qu'il assure qu'il n'y aura jamais de police des plages au Québec, il a proposé une discussion sur la protection des enfants vis-à-vis la radicalisation. Il a aussi insisté sur l'histoire du burkini. « C'est parce qu'il y a des hommes misogynes rétrogrades en Arabie Saoudite, en Iran et au Qatar, qui ont versé des millions de dollars à des imams pour dire à des femmes partout dans le monde que Dieu les oblige à se cacher », a-t-il dit.

Il a mentionné à plusieurs reprises le droit des enfants au savoir. « Personne, pas un imam, pas un prêtre, pas un Raël ne va empêcher des enfants québécois d'avoir accès à la musique, aux arts, à la piscine.

L'ombre de Véronique Hivon plane toujours

Les députés disaient vouloir se faire courtiser par les candidats avant de faire leur choix. Ils disaient souhaiter appuyer un candidat qui s'engagerait à défendre les idées de leur ancienne protégée. Martine Ouellet, qui ne dispose d'aucun appui au sein de la députation péquiste, a déjà annoncé son intention de reprendre plusieurs éléments du programme de Véronique Hivon.

Aucun député n'appuie l'autre candidat à la direction du PQ, Paul Saint-Pierre Plamondon.

La députée de Joliette, Véronique Hivon, s'est retirée de la course à la direction du PQ en raison de problèmes de santé. Incommodée par une labyrinthite, elle avait suspendu sa campagne une dizaine de jours auparavant, sur avis de son médecin.

Politique provinciale

Politique