•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Terre entre dans une nouvelle ère marquée par l'homme

La planète Terre vue de l'espace.

La planète Terre vue de l'espace.

Photo : iStock / iStock/MarcelC

Radio-Canada

Des scientifiques viennent de déclarer une nouvelle ère géologique : l'anthropocène. Ce passage marque la fin de l'holocène, l'ère géologique qui marquait la fin de l'ère glaciaire, et le début d'une nouvelle période marquée par l'action de l'homme.

Un texte de Julie TremblayTwitterCourriel

Selon l'Agence Science-Presse, 35 experts internationaux en géologie ont stipulé, en août dernier, que la Terre était entrée dans une nouvelle ère en raison des nombreuses modifications apportées à celle-ci par l'activité humaine. L'ère précédente, l'holocène, avait duré plus de 10 000 ans.

Les spécialistes ont déterminé que l'impact de l'humain sur la Terre maintenant était tellement profond et tellement vaste que ça justifiait l'appellation d'une nouvelle ère.

Dominique Bertaux, professeur en biologie à l'UQAR et membre de la Chaire de recherche du Canada en biodiversité nordique

L'ère anthropocène, dont le préfixe anthropo veut dire « être humain », commencerait vers les années 1950, époque à laquelle l'humain a véritablement commencé à modifier son environnement, notamment  en raison des premières bombes atomiques, qui ont causé la dispersion d'éléments radioactifs dans l'atmosphère.

Aujourd'hui, on change la composition de l'atmosphère, le climat, l'acidité des océans... On fait disparaître beaucoup d'espèces [...] donc la trace qu'on est en train de laisser sur la planète va rester pendant des millions d'années.

Dominique Bertaux

C'est en raison de cette pérennité des traces de l'activité humaine que les chercheurs ont désigné la nouvelle ère géologique.

Des déchets de plastique à Hanauma Bay, HawaiiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des déchets de plastique à Hanauma Bay, Hawaii.

Photo :  Photo/NOAA Pacific Islands Fisheries Science Center

Le chercheur Dominique Bertaux ajoute que cette nouvelle ère a ses bons et ses mauvais côtés, puisque les humains ont maintenant le pouvoir de changer complètement leur environnement :

« C'est un peu inquiétant parce qu'on peut détruire ce qui nous fait vivre, mais on peut aussi prendre des décisions qui nous permettront d'avoir une vie meilleure dans le futur », affirme-t-il. Il ajoute que c'est maintenant la responsabilité de chacun de réduire ou non l'impact de ses activités sur la planète.

Est du Québec

Science