•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réseau d'écoles francophones se renforce à l'Î.-P.-É., malgré des disparités

Elizabeth Blake

La directrice de l'école François-Buote à Charlottetown enregistre de nouvelles inscriptions cette année.

Photo : Radio-Canada/Jean-Luc Bouchard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À la veille de la rentrée, mardi, le réseau francophone de l'Île-du-Prince-Édouard compte quelques inscriptions supplémentaires, malgré des disparités dans la province.

À l'école François-Buote de Charlottetown, de nouveaux élèves s'apprêtent à faire leur rentrée, selon la directrice, Elizabeth Blake.

 On a beaucoup plus d'inscriptions. Je sais qu'il y a d'autres écoles dont les nombres sont en train de descendre. De notre côté, nous sommes en croissance à chaque année. On a encore de nouvelles inscriptions. On en a eu deux hier! 

Elizabeth Blake, directrice de l'école François-Buote à Charlottetown. 

D'autres établissements, parmi les six écoles du réseau francophone de l'île, n'enregistrent pas d'aussi bons chiffres : l'école St-Augustin à Rustico ferme des classes, faute d'inscriptions.

« Rustico est assez près de Charlottetown. Les jeunes veulent tous venir à l'école François-Buote au lieu de continuer la 7e, 8e et 9e année à Rustico. On a pris la décision d'aller avec une maternelle à la sixième année à Rustico », explique Émile Gallant, président de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.

École Saint-AugustinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'école de Rustico est contrainte de fermer plusieurs classes cette année, faute d'inscriptions.

Photo : Radio-Canada

Des projets de rénovation majeurs

Au total, le réseau enregistre une vingtaine d'inscriptions supplémentaires. Et des projets de rénovation sont prévus pour accueillir encore plus d'élèves à l'avenir.

« On a deux gros projets d'infrastructures qu'on avance en ce moment. Un premier à l'école Évangéline, et l'autre à Summerside. On ajoute la 10e, 11e et 12e année. C'est deux projets prioritaires », détaille Émile Gallant.

S'ajoute aussi un projet important à Souris, à l'est de l'île. L'école va déménager dans un établissement rénové à l'automne prochain.

« C'est quand même un projet dans les 6, 7 millions de dollars. On va rénover, ajouter... C'est une de nos écoles qui augmente beaucoup. Souris, c'est une région acadienne qui avait presque tout perdu, la langue française. [...] Du côté anglais, ils ont des toutes nouvelles [installations] à Souris, donc c'est contre ça qu'on compétitionne. Nous sommes installés dans une vieille école anglaise qui a été bâtie pour le primaire il y a 40, 50 ans. Ça va faire une grosse différence », estime le président de la Commission scolaire de langue française.

Cette année, environ 900 élèves, de la maternelle à la douzième année, sont inscrits dans une école francophone à l'Île-du-Prince-Édouard.

D'après le reportage de Jean-Luc Bouchard. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie