•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président du Parti libéral du Manitoba démissionne

Paul Hesse se retire de la présidence du Parti libéral du Manitoba.

Paul Hesse se retire de la présidence du Parti libéral du Manitoba.

Photo : YouTube

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président du Parti libéral du Manitoba, Paul Hesse, a présenté sa démission en affirmant quitter ses fonctions pour des motifs de convenance personnelle.

« Je suis tellement occupé; je travaille sept jours sur sept », explique-t-il.

« Je n'ai pas le temps pour vaquer à cette fonction [au sein de la formation politique]. Je continuerai toutefois à donner au Parti. »

— Une citation de  Paul Hesse, président démissionnaire du Parti libéral du Manitoba

Peter Koroma, vice-président actuel, sera nommé président par intérim du Parti libéral du Manitoba vendredi soir.

M. Hesse, avocat spécialisé en droit de l'immigration, souligne qu'il ne se retire pas de la présidence pour pouvoir se présenter à la course de la direction du Parti libéral.

Pour le politologue Raymond Hébert, le départ de M. Hesse est de très mauvais augure pour un parti qui bat déjà de l'aile.

« C'est un très mauvais signe pour le Parti libéral du Manitoba, affirme M. Hébert. Je pense que ce parti-là maintenant est moribond. L'avenir de la chef est la question fondamentale. C'est clair qu'il y a des conflits au sein du Parti. »

Le politologue Raymond Hébert s'entretient avec le journaliste Samuel Rancourt.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le politologue Raymond Hébert s'entretient avec le journaliste Samuel Rancourt.

Photo : ICI Radio-Canada

Rana Bokhari est toujours chef des libéraux au Manitoba, mais après sa défaite lors des dernières élections provinciales, elle a annoncé qu'elle ne mènera pas le Parti au prochain scrutin.

Toutefois, elle n'a pas encore officiellement cédé sa place à la tête du Parti.

« Je ne comprends pas pourquoi [Rana Bokhari] n'a pas démissionné rapidement. Cela a nui au parti. [...] Tant que la question de la direction n'est pas résolue, ce parti ne s'en va nulle part », estime le politologue.

« Un parti ne peut progresser si tout le monde sait que la chef va quitter. »

— Une citation de  Raymond Hébert, politologue

Si Mme Bokhari démissionne, le conseil provincial du Parti libéral se penchera sur la question la direction du parti lors de leur prochaine rencontre, prévue le 1er octobre.

Le Parti libéral du Manitoba n'est pas reconnu comme un parti officiel au palais législatif. Le statut de parti officiel exige un minimum de quatre sièges ; les libéraux en ont trois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !