•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Étudiants étrangers à l'Université de Saint-Boniface : un nombre qui se maintient

Accueil à l'aéroport de Winnipeg d'un nouvel étudiant international de l'Université de Saint-Boniface.

Accueil à l'aéroport de Winnipeg d'un nouvel étudiant international de l'Université de Saint-Boniface.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Comme chaque nouvelle session, l'Université de Saint-Boniface (USB) accueille une cohorte d'étudiants étrangers. Depuis quelques années, ils représentent plus de 300 inscrits à la rentrée et comptent pour environ 20 % du total des étudiants de l'établissement winnipégois.

Un texte de Camille Gris RoyTwitterCourriel

Amadou Samba Diop, un étudiant sénégalais, va commencer un baccalauréat en administration des affaires à l'USB. Jusqu'ici, le jeune homme de 24 ans n'avait jamais mis les pieds à Winnipeg. Après un premier aperçu de la ville, entre l'aéroport et le campus, il livre ses premières impressions : « C'est cool. Je me suis dit qu'il y a un peu de différence par rapport à Montréal, parce que j'ai vécu deux semaines là-bas. Donc ici, c'est une petite ville. »

Sa première journée est déjà chargée. Au programme : accueil à l'aéroport par une camarade de l'USB, visite de la résidence universitaire, signature de contrats, tournée du campus et rendez-vous avec le personnel.

Cet accueil est coordonné par le Bureau international de l'USB, qui épaule ces nouveaux étudiants tout au long de leur cursus. « On a beaucoup de collègues et d'étudiants qui sont là pour les appuyer, souligne Robin Rooke-Hanke, la coordonnatrice du Bureau international. On peut tous vivre des moments difficiles dans la vie, mais on espère qu'ils savent qu'il y a beaucoup de ressources. »

Multiculturalisme

En 2015-2016, l'USB comptait 22 % d'étudiants étrangers, sur un nombre total de 1494 étudiants, soit environ autant que de diplômés de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM), et de diplômés de l'immersion. Ce pourcentage se maintient depuis les quelques dernières années.

Les efforts de l'établissement pour s'ouvrir sur le monde ont commencé à la fin des années 1990. Jusqu'ici, l'USB a surtout mis l'accent sur l'Afrique. C'est le seul continent où elle a trois agents de recrutement basés sur place. Le Sénégal, le pays d'Amadou Samba Diop, est le plus représenté sur le campus. Puis viennent le Maroc et le Mali.

Provenance des étudiants internationaux de l'USB en 2015-2016 :

  • Afrique de l'ouest : 63 %
  • Maghreb : 19 %
  • Autres pays d'Afrique : 12 %
  • Europe : 5 %
  • Autre : 1 %

Source : Université de Saint-Boniface

Le prochain défi pour l'USB, c'est de diversifier ses destinations pour attirer les étudiants. « Oui, depuis 20 ans on a été présents sur le continent africain, note Stéphane Hawey, le coordonnateur du Bureau de recrutement. Maintenant, on pourrait aller chercher davantage de Français, de Belges, de Brésiliens, et même en Haïti il y a peut-être un potentiel pour nous. »

« Cette session-ci, on a deux étudiants qui nous proviennent des États-Unis, un du Texas et un du Minnesota. Alors il y a aussi un potentiel chez nos voisins du sud, que parfois on ignore. »

— Une citation de  Stéphane Hawey, coordonnateur du Bureau de recrutement de l'Université de Saint-Boniface

Des techniques de recrutement qui évoluent

Les techniques de recrutement commencent aussi à évoluer. En plus de ses agents à l'étranger, l'établissement cherche à développer des contrats ponctuels avec des agents indépendants, qui pourraient parcourir les salons étudiants dans les nouveaux marchés.

L'opération séduction passe aussi maintenant par les nouvelles technologies, comme les médias sociaux.

Une carte qui montre les lieux de naissance de ceux qui passent par le bureau international de l'Université de Saint-Boniface.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une carte qui montre les lieux de naissance de ceux qui passent par le bureau international de l'Université de Saint-Boniface.

Photo : Radio-Canada

Amadou Samba Diop, pour sa part, a appris l'existence de l'USB par le bouche-à-oreille, de la part d'un ami qui y avait étudié. « Ça a été recommandé par un pote donc voilà, il m'a parlé des services, de la qualité de l'enseignement. »

Cette méthode se développe maintenant que l'USB compte de plus en plus de diplômés internationaux. « On a trouvé cette année de plus en plus que c'était vraiment le réseau familial, constate Robin Rooke-Hanke. Ce sont les petits frères et soeurs qui viennent ici ».

Le Manitoba aussi

Pour l'Université de Saint-Boniface, un défi reste aussi bien présent: se démarquer des universités de langue française du Québec, qui sont plus connues l'étranger. « Pour nous, c'est toujours une bataille pour pouvoir faire comprendre qu'il y a a aussi une vie en français qui est possible à l'extérieur du Québec. Alors évidemment il faut bien leur expliquer », dit Stéphane Hawey.

Il croit que la possibilité d'un apprentissage personnalisé dans un établissement plus petit comme l'USB représente un avantage. Le contexte d'un milieu majoritaire anglophone attire aussi les jeunes qui veulent apprendre l'anglais.

« L'anglais, c'est un défi que se posent beaucoup d'étudiants, ça faisait partie de leur choix. Ils veulent être diplômés avec un diplôme canadien et ils veulent maîtriser deux langues internationales au niveau professionnel.  »

— Une citation de  Robin Rooke-Hanke, coordonnatrice du Bureau international de l'Université de Saint-Boniface

La première épreuve pour Amadou Samba Diop et ses camarades d'ailleurs, ce sera surtout de passer à travers l'hiver manitobain.

L'Université de Saint-Boniface.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Université de Saint-Boniface.

Photo : Radio-Canada/Justin Fraser

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !