•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le défi d'un Magogois qui a perdu 200 livres

Le défi après avoir perdu 200 livres

Après avoir perdu quelque 200 livres en moins de deux ans, Robert Blouin fait face à un nouveau défi : celui de la reconstruction physique. Mais cette nouvelle étape a un prix : 8000 $. Une facture que le Magogois ne peut assumer. Des amis ont décidé de l'aider à aller au bout de sa démarche.

Il y a deux ans, Robert Blouin pesait plus de 400 livres. Sa santé était compromise et son quotidien était devenu un véritable fardeau. « Je n'étais plus capable de faire des activités. C'était très difficile », raconte-t-il. 

Il prend donc sa santé en main. « Un moment donné, je me suis dit qu'il fallait que ça arrête parce que j'allais mourir avant mon temps. » C'est le début d'une diète stricte qui lui fait perdre plus de la moitié de son poids. 

Aujourd'hui, avec une balance qui affiche 180 livres, sa santé va beaucoup mieux. « J'avais des pilules pour la maladie. Ç'a diminué de 75 %. Quand je regarde ça, je me dis Dieu merci. Il faut que ça continue. Je suis sur le bon chemin », raconte l'employé d'Estrie Aide.

Mais cette perte de poids a laissé de lourdes traces sur son corps. L'accumulation de peau lui cause des inconforts importants au quotidien. « Toutes mes chairs sont tellement molles, même si je fais de l'exercice, ils diront ce qu'ils voudront, mais ça ne reviendra pas. C'est de la chair morte. »

Lourde facture

La chirurgie de redrapage coûte près de 8000 $. Le gouvernement du Québec ne lui remboursera que 3000 $, car sa santé n'est pas en danger. Malheureusement, Robert Blouin ne peut faire face à cette importante facture.

Des amis ont donc décidé de le soutenir.

Ça fait 18 mois qu'il s'entraîne et là, il arrive au fil d'arrivée. Il mérite une médaille d'or, mais il va avoir une facture de 5000 $. Donc, on va l'aider et on va être au fil d'arrivée.

Claude Leblanc

Son employeur abonde dans le même sens. « Il nous a parlé de sa situation, de sa problématique. Ça nous a pris huit secondes pour répondre qu'on allait lui donner un coup de main, car il était aux premières loges toutes ces années à travailler pour Estrie Aide », indique le directeur général de l'organisme, Claude Belleau.

Les dons peuvent être remis directement à Estrie Aide. Une activité de financement est également prévue pour le 26 septembre prochain lors d'un 5 à 7 qui aura lieu au restaurant Normandin de Sherbrooke.

Estrie

Santé physique et mentale