•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les oiseaux ne s’entendent plus chanter en ville

Des oiseaux à Toronto

Des oiseaux à Toronto

Photo : Radio-Canada/Annie Poulin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des oisillons exposés à des bruits de circulation automobile avaient des niveaux de stress plus élevés que leurs pairs, en plus d'avoir des difficultés à chanter, révèle une étude ontarienne.

Des chercheurs de l'Université de Western Ontario, à London, ont découvert que le bruit nuisait à l'apprentissage des chants d'oiseaux, notamment, ce qui pourrait avoir des implications sur la reproduction de ces espèces.

« Les jeunes oiseaux chanteurs ont besoin d'apprendre des chansons de reproduction de leurs aînés, qui agissent comme des tuteurs. »

— Une citation de  Dominique Potvin, auteure principale de l'étude

La chercheuse a aussi constaté que les oisillons grandissant dans ce milieu bruyant arrivaient à reproduire les sons de leurs tuteurs, mais souffraient de problèmes de « syntaxe ».

« C'est comme si une personne arrivait à apprendre des mots de vocabulaire, mais sans comprendre la grammaire », explique Mme Potvin.

Stress et problèmes d'apprentissage

L'étude, publiée dans le journal scientifique PeerJ, montre aussi que les oisillons soumis aux bruits urbains avaient un niveau d'hormone de stress plus élevé que les autres.

Par ailleurs, deux zones du cerveau, cruciales à l'apprentissage et à la production des chants, étaient sous-développées chez les oiseaux exposés à des bruits de circulation modérés ou forts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario