•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jonathan Bettez accusé de pornographie juvénile à Trois-Rivières, puis remis en liberté

Jonathan Bettez arrive au palais de justice de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Jonathan Bettez, 36 ans, accusé de possession et de distribution de pornographie juvénile, vient d'être remis en liberté moyennant notamment une caution de 5 000 $.

Il a été arrêté lundi dans les locaux de l'entreprise Emballages Bettez à Trois-Rivières lors d'une perquisition menée par la Sûreté du Québec (SQ).

Les six chefs d'accusation couvrent la période allant du 4 novembre 2009 au 30 septembre 2013.

Accusations : 

  • Avoir rendu accessible de la pornographie juvénile.
  • Avoir eu en sa possession en vue de la transmettre, de la rendre accessible, de la distribuer, de la vendre ou de l'exporter, de la pornographie juvénile.
  • Avoir accédé à de la pornographie juvénile.
  • Avoir eu en sa possession de la pornographie juvénile.

Quelques curieux l'attendaient de pied ferme pour l'injurier à son arrivée au palais de justice peu avant 9 h, mais ils étaient plusieurs dizaines sur place lorsqu'il a quitté les lieux en après-midi. Il a dû être escorté par plusieurs policiers du Service de police de la Ville de Trois-Rivières pour se rendre jusqu'à son véhicule.

Il faut dire que les policiers de la Sûreté du Québec ont rencontré Jonathan Bettez il y a quelques années au sujet de la disparition de Cédrika Provencher. Toutefois, même s'il a été considéré comme un suspect, aucune accusation n'a été portée contre lui au sujet de la disparition et de la mort de la jeune fille.

Les parents de la petite Cédrika, Martin Provencher et Karine Fortier, ont assisté à la comparution de Jonathan Bettez. Ils l'exhortent à se soumettre au test du polygraphe.

Je pense que pour lui, pour nous autres, pour sa famille, pour tout le monde, s'il n'a rien à se reprocher, je pense que ce serait la seule façon d'y arriver.

Karine Fortier, mère de Cédrika

En plus d'avoir déposé une caution, Jonathan Bettez doit se soumettre à plusieurs conditions. Il n'a pas le droit d'utiliser de matériel informatique autre que celui de son lieu de travail et il n'a pas le droit de se retrouver en présence d'enfants de moins de 16 ans.

Jonathan Bettez devra comparaître à nouveau le 28 septembre.

 

Justice et faits divers