•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Demande de recours collectif contre la pharmaceutique Valeant aux États-Unis

Le siège social de Valeant, à Montréal.

Le siège social de Valeant, à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La Presse canadienne

Des fonds d'assurance maladie représentant des travailleurs de l'hôtellerie et des policiers new-yorkais ont déposé une demande d'action collective contre Valeant dans laquelle ils accusent la pharmaceutique d'avoir gonflé le prix de plusieurs médicaments.

Selon les demandeurs, la pharmaceutique établie à Laval a ainsi profité de sa position de force pour s'enrichir à leurs dépens.

Le document de 57 pages a été déposé lundi auprès d'une cour d'un district de l'État de New York par le New York Hotel Trades Council & Hotel Association de New York ainsi que la Detectives Endowment Association of New York.

La démarche vise à la fois Valeant, Andrew et Matthew Davenport - les fondateurs de la pharmacie Philidor spécialisée dans les commandes postales - ainsi que d'autres compagnies.

« Valeant est au courant et a déjà indiqué qu'elle comptait se défendre, a répondu l'entreprise par courriel. Valeant ne peut commenter davantage sur une affaire en cours. »

Il n'a pas été possible de contacter les frères Davenport afin d'obtenir des commentaires.

Les demandeurs, qui remboursent les prescriptions de leurs membres et retraités, affirment avoir payé des « prix excessifs » pour les médicaments de Valeant.

« En 2015 seulement, Valeant a, en moyenne, augmenté le prix de ses médicaments de 66 %, selon une analyse de la Deutsche Bank, soit cinq fois plus que ses plus proches concurrents », fait valoir la demande d'action collective.

Le document formule trois reproches à Valeant, notamment d'avoir enfreint la Loi sur le racket et la corruption dans les opérations sur valeurs mobilières et la loi new-yorkaise sur la protection du consommateur.

Aucune de ces allégations n'a été prouvée devant un tribunal.

Les demandeurs réclament un dédommagement dont le montant n'a pas été précisé, mais qui est supérieur à 5 millions de dollars américains, en leur nom ainsi que pour les personnes concernées entre le 2 janvier 2013 et le 30 octobre 2015.

Ils affirment qu'en plus de demander des prix abusifs pour ses médicaments, Valeant dirigeait le traitement des prescriptions vers Philidor et soumettait ensuite les réclamations rejetées vers d'autres pharmacies. De plus, afin d'éviter les plaintes, Valeant aurait offert des incitatifs à certains consommateurs.

Cette demande d'action collective survient environ 10 jours après une poursuite déposée par un fonds commun de placement ayant déjà été l'un des plus importants actionnaires de Valeant, qui lui reproche son « modèle d'affaires » qui a fait perdre des milliards de dollars aux investisseurs.

La pharmaceutique avait indiqué que les faits avancés par T. Rowe Price étaient similaires à ceux d'une poursuite déposée en octobre dernier par un régime de retraite d'enseignants.

Valeant serait également visée par une enquête criminelle du bureau du procureur général de l'État de New York en lien avec sa relation d'affaires avec Philidor.

En plus de faire l'objet d'une enquête de la Securities and Exchange Commission, l'entreprise est aussi dans la ligne de mire du Congrès américain en raison de hausses vertigineuses du prix de certains médicaments.

En après-midi à la Bourse de Toronto, l'action de Valeant se négociait 39,34 $, en baisse de 80 cents, ou de 1,99 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie