•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un tour du monde en chantant 80 hymnes dans 41 langues pour une jeune Vancouvéroise

La jeune Capri Everitt, de retour à Vancouver après avoir parcouru le monde et chanté 80 hymnes nationaux dans 41 langues.

La jeune Capri Everitt, de retour à Vancouver après avoir parcouru le monde et chanté 80 hymnes nationaux dans 41 langues.

Photo : Denis Couture/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une Vancouvéroise de 11 ans vient de terminer un tour du monde lors duquel elle a chanté 80 hymnes nationaux dans 41 langues pour récolter des fonds destinés à l'association SOS Villages d'Enfants.

Un texte de Christophe Le GentilCourriel

Capri Everitt, accompagnée de ses parents et de son petit frère de 9 ans, a terminé son périple vendredi à Toronto, où elle a interprété les hymnes canadien et américain à l'occasion du match de baseball des Blue Jays contre les Twins du Minnesota, devant des milliers d'admirateurs qui l'ont chaudement applaudie.

« C'était vraiment quelque chose d'incroyable de chanter mon propre hymne devant le meilleur public du Canada », a-t-elle déclaré après sa prestation.

Pour financer le voyage et réaliser ce rêve, ses parents ont vendu leur voiture, loué leur maison et mis de côté leurs activités professionnelles. « Nous savons que l'expérience que nous avons vécue en famille pendant ces neuf mois restera avec nous à jamais », dit Kerry Everitt, la mère de Capri.

La jeune fille a chanté dans une variété de pays, dont l'Australie, le Cambodge, Israël, l'Ukraine et la Pologne.

Elle a interprété les hymnes dans la langue des pays traversés, devant des monuments connus ou lors de petits événements auxquels elle a été conviée, et parfois aidée par des enfants du coin pour la prononciation. « Je voulais faire quelque chose avec ma voix, faire quelque chose pour aider les autres enfants qui vivent dans la pauvreté ou dans des pays en guerre », explique-t-elle.

Maintenant que le périple est terminé, la famille envisage l'écriture d'un livre et la réalisation d'un documentaire. Capri s'apprête quant à elle à reprendre le chemin de l'école dès la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !