•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Perquisition chez Emballages Bettez à Trois-Rivières

Des véhicules de Sûreté du Québec devant l'entreprise Emballages Bettez.

Des véhicules de Sûreté du Québec devant l'entreprise Emballages Bettez.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Sûreté du Québec (SQ) a mené lundi matin une perquisition chez Emballages Bettez, une entreprise située sur le boulevard des Récollets, à Trois-Rivières, relativement à de la pornographie juvénile. Un homme de 36 ans a été arrêté sur place.

Deux autres endroits ont été visités simultanément à Trois-Rivières également en rapport avec l'affaire de possession et de distribution de pornographie juvénile.

Une vingtaine de policiers ont participé à l'opération et une quinzaine d'enquêteurs étaient sur place.

La Sûreté du Québec indique que du matériel est analysé à l'intérieur.

L'opération a attiré de nombreux curieux près des locaux de l'entreprise.

L'homme de 36 ans devrait comparaître mardi matin au palais de justice de Trois-Rivières.

Déploiement policier dans un quartier « tranquille »

Une voisine d'un des lieux visités par les policiers a été témoin du déploiement de ce matin. Une dizaine d'enquêteurs sont entrés à l'intérieur d'une résidence de la rue Arthur-Guimond.

Elle s'est dite soulagée de l'opération, puisqu'elle apercevait des allées et venues des policiers depuis quelques semaines déjà.

« Depuis deux mois précisément, on a vu de la surveillance policière, en face, dit France Dallaire. La personne qui vit là n'est pas revenue depuis quelques mois chez elle. Ça fait deux mois qu'il n'y a pas d'activité dans cet appartement-là ».

France Dallaire a insisté pour dire qu'elle vit dans un quartier « très tranquille » où grandissent beaucoup d'enfants.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.