•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première expérience dans les Rocheuses pour des réfugiés d'Edmonton

Promenade en chansons sur le lac Édith.

Promenade en chansons sur le lac Édith.

Photo : Travis McEwan/CBC

Radio-Canada

Une quinzaine de réfugiés installés à Edmonton sont partis camper cette semaine avec les services sociaux catholiques au lac Édith, dans le parc national Jasper. Une première expérience dans les Rocheuses, mais aussi l'occasion de découvrir quelques aspects de la culture canadienne.

L'endroit est paradisiaque et très visité des Canadiens et des touristes. Pour Alexis Mbonyincungu, par contre, l'idée de camper était encore étrange il y a quelques jours. « J'ai d'abord pensé que dormir dans une forêt, cela n'allait pas être simple, mais quand je suis arrivé, je me suis senti à l'aise », se réjouit-il.

C'est la première fois que je vois la neige!

Alexis Mbonyincungu, réfugié congolais

L'homme de 26 ans, venu avec ses parents et ses six frères et soeurs, a fui la République démocratique du Congo en 2011 à cause de la guerre. Il en garde des souvenirs meurtris. « Les gens se font tuer, il y a des bombes, les gens meurent dans la rue. Femmes, enfants, personnes âgées, tous marchent des kilomètres, à pied, pour fuir la guerre », décrit-il.

Alexis Mbonyincungu vient du Congo et a fuit la guerre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alexis Mbonyincungu vient du Congo et a fuit la guerre.

Photo : Travis McEwan/CBC

Tout est nouveau pour nous quand on arrive ici [au Canada], mais pas à pas, on y arrive.

Alexis Mbonyincungu, réfugié congolais

Il est à Edmonton depuis quatre mois, comme la plupart des participants au camping, dont certains sont arrivés au Canada il y a six mois tout au plus. Ils viennent de Syrie, du Soudan du Sud ou d'Irak et sont venus au Canada grâce à un parrainage familial ou l'aide du gouvernement fédéral.

Un système d'entraide

Les sites de camping sont prêtés par Parcs Canada et l'équipement par Mountain Equipment Co-op. Frank Bessai, des services sociaux catholiques, les aide dans cette première expérience.

Frank Bessai, des Services sociaux catholiques de l’Alberta, aide les campeurs à bien profiter de leur première expérience.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Frank Bessai, des Services sociaux catholiques de l’Alberta, aide les campeurs à bien profiter de leur première expérience.

Photo : Travis McEwan/CBC

Nous devons les guider et leur expliquer pourquoi nous avons choisi de dormir dehors, sous une tente, et que, pour nous, cela constitue une activité divertissante, en opposition avec ce qui vient de l'ordre de la nécessité.

Frank Bessai, Services sociaux catholiques de l'Alberta

Il s'agit aussi d'une occasion de rencontrer d'autres personnes, nouvellement arrivées elles aussi dans la province, et de parler anglais entre eux.

« Ce type d'expérience leur permet vraiment de se reposer, reprendre leur souffle et se sentir en sécurité dans un bel environnement », estime Frank Bessai, qui ajoute que certains sont tout de même un peu effrayés par les wapitis et les ours.

Partager ses traditions

Pour Jamilah Kanakree, qui est venue au Canada avec son mari et ses deux enfants de Syrie, ce séjour est l'occasion de découvrir des traditions et la nourriture locales.

Jamilah Kanakree est venue au Canada accompagnée de son mari et ses deux enfants. Ils sont originaires de Syrie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jamilah Kanakree est venue au Canada accompagnée de son mari et ses deux enfants. Ils sont originaires de Syrie.

Photo : Travis McEwan/CBC

Mes enfants veulent tout essayer. Maintenant, ils comprennent l'anglais, et le comprennent d'ailleurs très bien! Moi, je sais désormais monter une tente, faire un feu et couper du bois.

Jamilah Kanakree, réfugiée syrienne

Durant la soirée, Alexis Mbonyincungu chante en swahili, une langue bantoue de l'Afrique de l'Est. D'autres ont entamé les chants de leurs pays pour l'accompagner. Ils disent tous n'être pas effrayés par leur expérience au Canada, mais avouent ne pas toujours savoir par où commencer cette nouvelle aventure.

Avec les informations de Travis McEwan/CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Sports et loisirs