•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Capsule : éloge du cinéma en « gang »

La vitrine du resto-bar La Capsule

La vitrine du resto-bar La Capsule

Photo : ICI Estrie/Dominic Tardif

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Enfant, plutôt que de roupiller en après-midi, Vicky Langlois regardait Evil Dead : L'Opéra de la terreur, film-culte du cinéma d'horreur.

Une chronique de Dominic TardifTwitterCourriel

« Mais quels parents irresponsables! » vous exclamez-vous? « Non, pas du tout », assure la fondatrice de La Capsule, premier bistro-cinéma à Sherbrooke, situé au 38, Wellington Sud, dans l'ancien local du mythique bar-spectacles Le Téléphone Rouge.

« J'étais simplement fascinée par les effets spéciaux; je ne voyais pas l'horreur. Ça m'amusait! »

Vicky Langlois, propriétaire de La Capsule devant une ardoiseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Vicky Langlois, propriétaire de La Capsule

Photo : ICI Estrie/Dominic Tardif

Vétérane du milieu de la restauration, la Sherbrookoise rêvait depuis plusieurs années d'inventer un lieu où pourrait se déployer son amour pour le septième art, comme le plaisir qui l'anime lorsqu'elle parle des films qu'elle a vus. À la fois bar, restaurant et salle de projection, La Capsule s'inscrit plus largement dans une effervescence autour du concept des cinémas-boutiques, qui bourgeonnent un peu partout dans les grandes capitales occidentales.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Ouverture de La Capsule à Sherbrooke

On aura compris que Vicky Langlois tire autant de joie de la jasette que génèrent les films que des films eux-mêmes. La Capsule se présente ainsi non seulement comme un lieu diffusant des films, mais aussi où les cinéphiles pourront discuter et fraterniser.

« J'ai besoin de parler de cinéma! Je ne suis pas statique quand je regarde des films : j'en regarde en me faisant à manger, en faisant mon lavage, en pliant du linge. J'ai mon écran d'ordinateur dans une main et un balai dans l'autre. Pour moi, le cinéma, c'est le partage », insiste celle qui anime sa propre baladodiffusion « J'ai mis du gras partout sur mon écran », et qui collabore à la balado d'horreur et de genre, « Horreur Gamer ».

La Capsule, premier bistro-cinéma de SherbrookeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Capsule, premier bistro-cinéma de Sherbrooke

Photo : ICI Estrie/Dominic Tardif

En proposant une programmation au cœur de laquelle le cinéma d'auteur, le cinéma de genre, le documentaire, le court-métrage ainsi que des blockbusters se taillent une place, Vicky Langlois revendique une cinéphilie totalement décomplexée, ignorant tout snobisme.

Les jeunes parents pourront même y déguster leur déjeuner en toute quiétude les samedis et dimanches matins, pendant que leurs bambins visionneront un film d'animation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !