•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Front commun des municipalités pour protéger l'eau potable

Une cascade d'eau cristalline sur Anticosti.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Huit maires de différentes régions du Québec lancent un appel à la population et à toutes les municipalités de la province pour faire front commun contre le projet de loi 106 du gouvernement du Québec.

Un texte de Julie TremblayTwitterCourriel

En conférence de presse vendredi matin à Montréal, les maires de Sorel-Tracy, Lanoraie, Restigouche Sud-Est, Port-Menier, Saint-Antoine-de-Tilly, Nantes, Batiscan et Austin ont vivement critiqué le projet de loi sur les hydrocarbures étudié la semaine dernière en commission parlementaire, à l'Assemblée nationale.

Ils considèrent qu'il met en péril la protection de l'eau potable au Québec, et ce, sans que les municipalités soient consultées.

Les maires affirment que le projet de loi sur les hydrocarbures vient renforcer le Règlement sur le prélèvement des eaux, qui, selon eux, était déjà insuffisant.

Le gouvernement est incapable de protéger notre eau potable adéquatement et nous invitons aujourd'hui les municipalités, tous les Québécois et Québécoises à se mobiliser, car l'eau potable doit passer avant les hydrocarbures.

François Boulay, maire de Ristigouche Sud-Est

Les maires invitent toutes les municipalités à adopter une résolution pour s'opposer au projet de loi et à la transmettre à la Fédération des municipalités du Québec (FQM). À l'instar de plusieurs groupes environnementalistes, ils souhaitent que le gouvernement scinde son projet loi 106 afin qu'une loi spécifique aux hydrocarbures soit adoptée.

Les huit maires lors de la conférence de presse à Montréal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les huit maires lors de la conférence de presse à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Les municipalités veulent avoir leur mot à dire

Les maires ont ajouté que le projet de loi 106 « charcute » le pouvoir des municipalités de développer leur territoire selon leurs valeurs. Ils ont ajouté que Québec a déjà octroyé des permis d'exploration sur une grande partie du territoire québécois, sans se soucier des citoyens qui habitent sur ces territoires.

Nous nous inquiétons vraiment de voir que les compagnies pétrolières ont préséance sur le droit des citoyens.

Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy
Le maire de Port-Menier, John PineaultAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Port-Menier, John Pineault

Photo : Radio-Canada

De son côté, le maire de Port-Menier, John Pineault, a réaffirmé qu'il est indispensable que le gouvernement soit plus sévère envers l'industrie pétrolière. Il souhaite que les citoyens des municipalités visées par des permis d'exploration aient un réel pouvoir sur leur avenir.

Les maires pourraient avoir à se prononcer sur cette question lors de la prochaine réunion de la Fédération des municipalités du Québec, le 1er octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Industrie pétrolière