•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être transgenre à 11 ans

Éloi Rousseau fera son entrée à l'école secondaire en tant que garçon.

Éloi Rousseau fera son entrée à l'école secondaire en tant que garçon.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La rentrée scolaire sera bien spéciale cette année pour Éloi Rousseau, 11 ans. Après des années à se faire considérer comme une fille sans s'identifier à ce genre, le jeune transgenre de Saint-Octave-de-Métis porte maintenant officiellement un nom de garçon pour faire son entrée au secondaire.  

Un texte de Julie TremblayTwitterCourriel

Le 7 août dernier, la mère d'Éloi, Isabelle Blouin-Gagné, a fait une publication sur sa page Facebook : elle y présentait son garçon, qui, pendant 11 ans, était une fille et s'appelait Matisse.

 C'est après bon nombre de discussions et de rencontres avec des spécialistes, au Bas-Saint-Laurent et à l'extérieur de la région, qu'Éloi et sa famille ont décidé de faire ce changement.

On avait une petite fille qui jouait toujours à des jeux de rôles de garçons, qui s'habillait en garçon, qui souhaitait parfois qu'on lui donne des prénoms de garçons, alors on avait des indices, on surveillait ça.

Une citation de : Isabelle Blouin-Gagné, mère d'Éloi

Chez Éloi, le déclic est survenu en regardant l'émission Je suis trans, présenté sur Moi&Cie. « Je me suis rendu compte que ça se faisait et je me suis dit : "c'est ça, je pense" », explique le jeune garçon.

La mère d'Éloi, Isabelle Blouin-Gagné.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mère d'Éloi, Isabelle Blouin-Gagné.

Photo : Radio-Canada

En septembre, Éloi, qui habite Saint-Octave-de-Métis, commencera sa vie de garçon dans une nouvelle école, une nouvelle maison et une nouvelle ville. C'est maintenant à Rimouski qu'il habitera, un changement qui devrait faciliter la transition, selon sa mère et lui.

Jusqu'à maintenant, les réactions de ses proches sont positives, même si ce n'est pas toujours facile de vivre et d'accepter ce changement, particulièrement lorsqu'il s'agit de son propre enfant.

Il y a une partie qui est la maman qui accompagne, [...] qui est vraiment soulagée de voir son enfant qui est épanoui [...] et il y a une autre partie qui est la maman qui est en deuil de sa fille. Elle prend une plus petite place, mais elle est là quand même.

Une citation de : Isabelle Blouin-Gagné, mère d'Éloi

Devenir physiquement un garçon 

Depuis peu, Éloi prend des bloqueurs d'hormones afin d'empêcher les signes de la puberté féminine de se manifester. Pour changer de sexe complètement, Éloi devra toutefois attendre d'avoir 18 ans. Malgré cela, il se dit soulagé d'être maintenant reconnu comme un garçon.

Je me sens soulagé, je ne me sens plus "pogné" en dedans de moi, je me sens moi.

Une citation de : Éloi Rousseau

Dans cette transition, Éloi ne renie pas ce qu'il était avant : « je pense que Matisse reste là, elle est tout le temps dans ma poche, [alors] elle reste. »

Il devient plutôt la personne qu'il a toujours cru être.

D'après une entrevue réalisée par Éric Barrette à l'émission Info-Réveil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec