•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ex-détenus poursuivent le gouvernement ontarien pour mauvais traitements

Des barreaux d'une prison

Des barreaux d'une prison

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un juge de l'Ontario a autorisé une action collective intentée par des ex-détenus d'un centre de détention de London contre le gouvernement provincial.

Les plaignants soutiennent que la prison était particulièrement violente et surpeuplée.

Le juge Duncan Grace, de la Cour supérieure de l'Ontario, a estimé qu'une action collective constitue « la méthode la plus juste, la plus efficace et la plus réalisable » pour faire avancer cette cause.

L'action collective est intentée au nom de toutes les personnes qui ont été incarcérées au Centre de détention d'Elgin-Middlesex entre le 1er janvier 2010 et le 25 août 2013.

Agressions, menaces et traitements médicaux inadéquats

La poursuite vise le gouvernement de l'Ontario, qui est responsable des centres de détention.

Les représentants des plaignants, Glenn Johnson et Michael Smith, affirment qu'ils ont subi de multiples menaces et agressions durant leur détention.

Dans leur demande d'instance, les plaignants admettent que les prisons sont par définition un milieu de vie stressant, pénible et difficile. Toutefois, ils estiment que le gouvernement de l'Ontario n'a pas su maintenir des normes minimales en ce qui concerne le traitement des détenus.

Ils plaident que leurs droits fondamentaux garantis par la Charte canadienne des droits et libertés ont été violés durant leur incarcération.

La surpopulation dans les prisons est un enjeu qui a suscité de nombreuses inquiétudes durant les dernières années. Plusieurs incidents violents survenus dans les prisons ont été attribués à ce phénomène.

.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario