•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rona : l'ancien chef de cabinet de Jacques Daoust souhaite être entendu en commission parlementaire

L'ancien chef de cabinet de Jacques Daoust, Pierre Ouellet

L'ancien chef de cabinet de Jacques Daoust, Pierre Ouellet (à droite)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien chef de cabinet de Jacques Daoust, Pierre Ouellet, veut être entendu dans le cadre des consultations particulières de la Commission de l'économie et du travail sur le processus de vente de Rona, qui débuteront jeudi.

La sortie de Pierre Ouellet survient quelques jours après la démission de l'ancien ministre de l'Économie et des Transports et ancien président d'Investissement Québec, Jacques Daoust. Le départ de ce dernier a été précipité par de nouvelles informations pouvant laisser croire que son cabinet, dont Pierre Ouellet était le chef à l'époque, avait approuvé la liquidation de l'entreprise québécoise.

« Force est de constater que plusieurs hypothèses ont été véhiculées dernièrement dans les médias [...] il m'apparaît donc nécessaire que je puisse éclairer rapidement les membres de la Commission », indique Pierre Ouellet dans une lettre adressée au président de la Commission de l'économie et du travail.

L'ancien chef de cabinet a précisé qu'il profiterait des consultations pour « rectifier les faits ».

Dimanche, le leader parlementaire et porte-parole en matière de finances de la CAQ François Bonnardel, avait réclamé la présence de Jacques Daoust et de Pierre Ouellet aux auditions publiques de la commission, de même que celle de l'ex-président et chef de la direction de Rona, Robert Dutton.

À Ottawa, le Bloc québécois a également exigé la comparution d'un acteur-clé de la vente de Rona devant un comité parlementaire.

Le député bloquiste Xavier Barsalou Duval souhaite que le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, qui a autorisé la vente du fleuron québécois à des intérêts américains au printemps dernier, fournisse davantage d'explications sur la transaction.

Investissement Québec souhaitait consulter le gouvernement

Chantal Corbeil, porte-parole d'Investissement Québec rappelle que la société n'avait pas besoin de l'autorisation du ministre pour aller de l'avant avec la vente de Rona, mais que les membres du conseil d'administration souhaitaient tout de même consulter le gouvernement. La porte-parole explique qu'advenant un refus de la part du ministre les membres auraient quand même été dans l'obligation de se prononcer sur la vente. Elle affirme qu'il est impossible de deviner la décision qu'ils auraient prise dans le contexte.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !