•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parcours du combattant pour obtenir une place dans les garderies agréées de Vancouver

Les listes d'attente sont très longues pour obtenir une place dans les garderies agréées de Vancouver.

Les listes d'attente sont très longues pour obtenir une place dans les garderies agréées de Vancouver.

Photo : CBC

Radio-Canada

À Vancouver, trouver une place dans les garderies accréditées de Vancouver est un parcours du combattant pour les parents. Près de 3000 enfants sont inscrits sur des listes d'attente des centres de service de garde, selon l'organisme Westcoast Child Care Resource Centre.

Un texte de Christophe Le GentilCourriel

Pam Preston, la directrice générale du centre, affirme qu'il y a seulement de la place pour 20 à 25 % des enfants dans les établissements de garde de jour de la ville. « Ça veut dire que près de 80 % des enfants en attente d'une place dans une garderie agréée de Vancouver ne peuvent pas en trouver », dit-elle.

Wendy Xiang et son mari, originaires de Singapour et récemment installés dans le centre-ville de Vancouver, en ont fait l'expérience pour leur fils qui a deux ans. « Je pensais que ce serait difficile dans cette ville, mais je ne m'attendais pas à une telle situation », explique-t-elle.

« Je ne sais pas si nous allons pouvoir vivre ici plus longtemps, il y a entre un et deux ans d'attente sur les listes. Je ne peux pas retourner travailler », ajoute-t-elle.

Une situation de pénurie de services disponibles qui pousse beaucoup de femmes enceintes à s'inscrire sur les listes d'attente avant même d'avoir donné naissance à leur enfant. « Je ne me souviens plus du nombre de personnes qui m'ont demandé si je suis inscrite sur les listes d'attente des garderies pendant ma grossesse », dit Sarah Stephen, une jeune mère de famille. Après son accouchement, elle a finalement renoncé à trouver une place dans une garderie agréée et opté pour une nourrice partagée entre plusieurs enfants.

Une autre jeune mère, Kathryn Gibbons, a finalement eu de la chance pour trouver une place. Elle raconte qu'elle s'est retrouvée en 200e position sur une liste d'attente et n'a su que 3 mois avant de reprendre le travail qu'une place était disponible pour son enfant. « C'était fou, lorsque je remplissais les formulaires d'inscription pendant ma grossesse, on me demandait le nom de mon enfant... J'étais obligée d'écrire « nom inconnu ou à venir », dit-elle.

Le coût : un autre obstacle de taille

Même si une place se libère, encore faut-il pouvoir se permettre de payer les mensualités du service de garde.

Terra Atrill a dû se résoudre à devenir mère au foyer avec ses jumeaux pour pouvoir s'en sortir financièrement. « J'aurais vraiment dû augmenter nettement mon salaire pour couvrir les frais. Financièrement, cela aurait été impossible », dit-elle.

Selon un sondage effectué par l'organisme Westcoast Child Care Resource Centre, le prix moyen d'une place en garderie à temps plein d'un enfant (de six semaines à 18 mois) est de 1437 $ en 2016, en hausse de 2 à 4 % par rapport à 2015.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a récemment attribué 11,3 millions de dollars de financement pour la création de places en garderie dans la province.

« Malheureusement, ces places vont toujours demeurer inabordables pour beaucoup de familles », regrette Sharon Gregson, porte-parole de l'association Coalition of Child Care Advocates of B.C.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Société