•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

OmniTRAX : les gouvernements provincial et fédéral sont responsables du sort de Churchill

La compagnie OmniTRAX dit avoir investi 80 millions de dollars dans le chemin de fer et le port de Churchill depuis qu'elle est propriétaire.
La compagnie OmniTRAX dit avoir investi 80 millions de dollars dans le chemin de fer et le port de Churchill depuis qu'elle est propriétaire. Photo: Sean Kavanagh

La compagnie ferroviaire OmniTRAX dit qu'un manque d'intérêt de la part des gouvernements fédéral et provincial a fait dérailler l'avenir du port de Churchill et celui de la voie ferrée qui relie la ville aux communautés du sud du Manitoba.

L'entreprise américaine, qui est le principal employeur de la région et aussi le propriétaire de l'unique voie ferrée qui mène à Churchill, a été la cible de critiques après qu'elle a effectué des dizaines de mises à pied à la fin du mois de juillet.

Dans un courriel envoyé à CBC, le président-directeur général d'OmniTRAX Kevin Shuba dit que le gouvernement du Manitoba n'a toujours pas déboursé le 1,74 million de dollars qu'elle doit à l'entreprise pour la saison 2015. Il dit aussi que l'inaction du gouvernement fédéral dans le dossier de la vente du port de Churchill a largement contribué à la précarité de son avenir.

Dès 1997, lorsque la compagnie prend en charge la ligne de chemin de fer et le port, elle bénéficie de millions de dollars en subventions et en aide des gouvernements fédéral et provincial. OmniTRAX dit que pour la saison d'expédition 2016, il n'y a pas de subventions de services disponibles et que le Manitoba lui doit 1,74 million de dollars pour la saison 2015.

Dans une déclaration écrite, le ministre de la Croissance, de l'Entreprise et du Commerce du Manitoba Cliff Cullen affirme que OmniTRAX est « incorrect ».  

« Le processus entourant l'accord signé en 2015 par le précédent gouvernement néo-démocrate se poursuit, explique M. Cullen. Les affirmations de OmniTRAX soulèvent un certain nombre de questions et qui sont actuellement sujettes à un examen de nos vérificateurs. »

Ottawa aussi montrée du doigt

OmniTRAX soutient également que le gouvernement fédéral a été lent à réagir à une vente potentielle de la voie ferrée et du port de Churchill à un consortium de Premières Nations.

« À date, le chef Arlen Dumas [chef de la Première Nation Mathias Colomb] n'a pas eu de réaction du gouvernement fédéral en ce qui concerne la présentation qu'il a faite en mai de cette année, » écrit M. Shuba.

Un porte-parole du ministère fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique affirme pour sa part qu'un suivi a été effectué auprès de la Première Nation Mathias Coulomb, et que le sous-ministre responsable de la Diversification de l'économie de l'Ouest cherche activement des solutions qui permettraient d'éviter une fermeture complète du port de Churchill.

Le PDG d’OmniTRAX Kevin Shuba dit que le port de Churchill « n’est pas fermé ».Le PDG d’OmniTRAX Kevin Shuba dit que le port de Churchill « n’est pas fermé ». Photo : OmniTRAX Inc.

« Le port n'est pas fermé »

Kevin Shuba a tenu à préciser que « le port n'est pas fermé », que ce sont plutôt les services du terminal céréalier [qui] ont été suspendus pour la saison 2016. « Il y a des personnes qui travaillent et des services qui sont offerts dans le port », précise-t-il.

M. Shuba ajoute qu'il n'y a pas suffisamment d'activité commerciale pour rentabiliser le port. « Cette saison, il n'y avait pas un seul contrat garanti de grain, donc le fonctionnement du terminal céréalier n'était pas économiquement viable, et nous avons pris une décision d'affaires basée sur ces faits », explique-t-il.

OmniTRAX se dit toutefois ouverte à rétablir les services qui ont été coupés à Churchill. « La saison des céréales pour 2016 est passée. Les solutions doivent maintenant se concentrer vers la saison 2017. »

Selon les informations recueillies par Sean Kavanagh, CBC.

 

Manitoba

Économie