•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Innovation chirurgicale à l'Hôpital Saint-Boniface : une première en Amérique du Nord

C'est la premiere fois qu'une telle intervention chirurgicale est réalisée en Amérique du Nord.

C'est la premiere fois qu'une telle intervention chirurgicale est réalisée en Amérique du Nord.

Photo : Getty Images / Hero Images

Radio-Canada

L'équipe de cardiologie à l'Hôpital Saint-Boniface est devenue la première en Amérique du Nord et la deuxième dans le monde à avoir effectué, un peu plus tôt cette année, une intervention chirurgicale innovante pour réparer une déchirure de l'aorte d'un patient. Cette manière de procéder permet d'éviter de faire une chirurgie à coeur ouverte et augmente donc les chances de survie du patient.

Tim Anderson, 66 ans, retraité, est la première personne en Amérique du Nord à subir avec succès une greffe d'endoprothèse (un petit ressort que l'on place dans les artères pour éviter qu'elles ne se bouchent) pour réparer une déchirure de son aorte ascendante.

Ce genre de déchirure nécessite généralement une opération à coeur ouvert, ce qui comporte des risques, surtout quand les patients sont vulnérables. La greffe d'endoprothèse évite de faire des chirurgies à coeur ouvert et peut donc être une bonne solution de rechange pour les patients à risque.

Pour pratiquer cette greffe d'endoprothèse, l'Hôpital Saint-Boniface a dû obtenir une autorisation spéciale de Santé Canada.

Malgré les défis, l'opération s'est très bien déroulée et a été effectuée dans une courte période de temps. « C'était assez effrayant de se dire qu'il fallait que les étoiles s'alignent pour que l'on ait la bonne équipe, le bon patient, les bonnes circonstances, et dans une courte période de temps », explique le Dr Alan Menkis, de l'Hôpital Saint-Boniface.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé