•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première au Québec pour lutter contre les algues bleu-vert au lac Bromont

Le lac Bromont

Le lac Bromont

Photo : Mélissa François

Radio-Canada

La Ville de Bromont prend les grands moyens pour lutter contre les algues bleu-vert, qui envahissent le lac Bromont, en se tournant vers une technologie unique au Québec.

Le Ville versera dans le lac 175 tonnes de Phoslock, un produit composé d'argile et de lanthane, pour emprisonner le phosphore contenu dans le plan d'eau. Ce produit n'a encore jamais été utilisé dans un lac de la province.

Le phosphore contribue à nourrir les algues bleu vert, et donc, à leur prolifération. L'objectif, explique Anne Joncas, présidente du conseil d'administration d'Action conservation du bassin versant du lac Bromont, est de sauver ce lac en péril.

« Même si on limite au maximum les charges de phosphore qui viennent des ruisseaux, il y a une problématique de charge interne tellement importante, tellement de phosphore présent dans les sédiments, qu'il faut régler ce problème. »

Si la situation n'est pas renversée, le lac sera envahi par les plantes et les algues, soutient-elle. L'eau perdra sa transparence et il n'y sera plus possible de s'y baigner.

Il y a tellement de phosphore et d'azote que le lac se comble. Le processus devient, à un certain point, irréversible [...] le lac est voué à mourir, si on n'intervient pas.

Anne Joncas, présidente du conseil d'administration, Action conservation du bassin versant du lac Bromont

Le lac est aux prises depuis plusieurs années avec ce problème d'algues. La baignade y a même été interdite en raison d'une trop grande prolifération de cyanobactéries.

L'épandage sera réalisé au printemps. Il en coûtera 750 000 $ à la Ville pour sauver son lac.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Environnement