•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des égoportraits numériques pour la fondation du Centre jeunesse de l'Estrie

Photo : LOUIS-PHILIPPE BOURDEAU

Radio-Canada

Six jeunes du Centre jeunesse de l'Estrie ont peint leur autoportrait sur une tablette électronique afin de développer leur estime personnelle, tout en amassant des fonds pour la fondation du Centre. 

Un texte de Louis-Philippe BourdeauTwitterCourriel

Dans la classe de peinture de l'atelier Auckland de Saint-Isidore-de-Clifton, il n'y a ni pinceau ni tableau. L'art prend plutôt forme de manière numérique.

Les jeunes, âgés de 7 à 11 ans, ont commencé leur création en prenant un égoportrait à l'aide d'une tablette électronique. Une photo qu'ils ont ensuite modifiée lors de leur cours. 

« Ce que je vais demander aux enfants ce n'est pas de peindre leur personne physique, mais de peindre leur personnalité », explique Luc Pallegoix, artiste à l'atelier Auckland.

Le choix de tablette électronique comme médium est loin d'avoir été laissé au hasard. En plus d'être pratique, elle permet à tous de commencer l'atelier sur le même pied d'égalité. 

Ça me permet d'estomper les handicaps et on peut aller chercher le maximum de chacun parce que la maîtrise de l'outil est très simple pour les enfants nés dans l'ère numérique.

Luc Pallegoix, artiste à Atelier Auckland
Luc Pallegoix, artiste à l'Atelier AucklandAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Luc Pallegoix, artiste à l'Atelier Auckland, donne un cours de peinture numérique

Photo : ICI ESTRIE

Bien plus qu'une simple classe d'arts, cet atelier incite les jeunes à prendre confiance en leurs capacités et il permet aux éducateurs de mieux les comprendre.

« Ça nous donne un peu l'état d'âme de l'enfant. Ça nous permet de le situer dans ce qu'il vit, ce qu'il a vécu dans la semaine et comment être en mesure d'accueillir cet enfant par le médium du dessin », soutient Frédéric Prévost, éducateur spécialisé au Centre jeunesse de l'Estrie.

Pour l'une des jeunes participantes, il s'agit surtout d'une manière de partager ses émotions. « Ça me permet de m'exprimer et les autres peuvent voir ce qu'on ressent », raconte-t-elle.

Frédéric Prévost, éducateur spécialisé au Centre jeunesse de l'EstrieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Frédéric Prévost, éducateur spécialisé au Centre jeunesse de l'Estrie

Photo : ICI ESTRIE

Des oeuvres aux enchères

Les six toiles seront imprimées et encadrées de manière professionnelle. Elles seront ensuite vendues aux enchères lors de la soirée-bénéfice de la fondation du Centre jeunesse de l'Estrie en décembre prochain. 

L'argent amassé lors de l'événement permettra de financer des activités sportives et artistiques pour d'autres enfants. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Jeunesse