•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre Mélanie Joly s'arrête à Moncton pour discuter de langues officielles

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly en consultation sur les langues officielles à Moncton au Nouveau-Brunswick.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly en consultation sur les langues officielles à Moncton au Nouveau-Brunswick.

Photo : Patrimoine canadien

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La ministre du Patrimoine canadien était de passage à Moncton mardi pour la suite des consultations sur les langues officielles. Elle était accompagnée du ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc et de la députée de Moncton-Riverview-Dieppe, Ginette Petitpas Taylor.

Les principaux porte-parole d'organismes représentant les minorités anglophones et francophones ainsi que les organismes de promotion de la dualité linguistique étaient invités à faire part de leur réalité et à soumettre leurs attentes dans le cadre de ces consultations.

L'éducation, les organismes et la prestation de soins de santé en français ont dominé les échanges. La question de la dualité linguistique a également été un des sujets abordés.

Les jeunes on est pleinement conscients qu'on soit francophone ou qu'on vit la réalité d'une famille exogame que ce n'est pas facile [la dualité linguistique] et ils veulent travailler là-dessus.

Une citation de :Sue Duguay, Fédération des jeunes francophones du N.-B.

Le porte-parole de l'Association des juristes d'expression française du Nouveau-Brunswick, Alexis Couture a tenu à souligner qu'il y a du travail important de sensibilisation à faire auprès de la population.

Il y a une mauvaise compréhension [dans la population] de ce que ça veut dire le bilinguisme, la dualité et l'impact que ça peut avoir sur une communauté.

Une citation de :Alexis Couture, association des juristes d'expression française du N.-B.

« C'est un rôle que nous comme juristes on peut jouer, d'expliquer mieux ce que c'est, de permettre aux gens de bénéficier pleinement de leurs droits quels qu'ils soient et c'est un message qu'on avait pour la ministre », a ajouté M. Couture.

Porte-parole d'organismes autour d'une tableAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Consultations de la ministre du Patrimoine Canadien à Moncton sur les langues officielles

Photo : Radio-Canada/Maryse Lemieux

La ministre Mélanie Joly s'est pour sa part dite consciente des différences culturelles et linguistiques des francophones au Nouveau-Brunswick.

« Il y a des particularités ici aussi, le fait qu'on soit en Acadie, le fait qu'on a vraiment une communauté vibrante qui a déjà beaucoup de leviers au niveau économique, culturel, l'importance aussi de la cohésion sociale je l'ai remarqué beaucoup aujourd'hui. L'importance aussi qu'on puisse avoir de bonnes relations avec la communauté anglophone ça c'est certainement un sujet qui est propre au Nouveau-Brunswick », a souligné la ministre Joly.

Des consultations ont déjà eu lieu à Terre-Neuve et Labrador, en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard. La prochaine rencontre aura lieu le 23 août prochain à Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie